Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 justice

Aller en bas 
AuteurMessage
Mosquito
Musher
Musher
Mosquito

Nombre de messages : 1873
Age : 121
Localisation : tout en haut
Date d'inscription : 29/09/2004

justice Empty
MessageSujet: justice   justice EmptyVen 12 Oct - 13:17

Citation :
AVIGNON (AFP) - Rindy Sam, jugée mardi pour dégradation d'oeuvre d'art après avoir laissé l'empreinte de son rouge à lèvres sur une toile entièrement blanche du peintre américain Cy Twombly exposée à Avignon en juillet, a minimisé son geste, expliquant au tribunal correctionnel : "J'ai fait juste un bisou".

Visiblement dépassée par l'ampleur des retombées de son acte, la jeune femme de 30 ans et de nationalité cambodgienne, Rmiste, a déclaré qu'il s'agissait d'"un geste d'amour": "Quand je l'ai embrassé, je n'ai pas réfléchi, je pensais que l'artiste, il aurait compris..."

Le hic, c'est que Cy Twombly, peintre américain de renommée internationale, a été "horrifié" par le baiser de la jeune femme, comme l'a expliqué son avocate, Me Agnès Tricoire.

La Collection Lambert qui abritait l'oeuvre, et le propriétaire du tableau, Yvon Lambert, ont réagi de même.

Et si l'artiste ne réclame qu'un euro symbolique de dommages-intérêts, la Collection demande 33.440 euros pour compenser les frais d'expertise déjà engagés en vue de la restauration et M. Lambert, la somme de deux millions d'euros, correspondant à la valeur annoncée du tableau, au titre de son préjudice moral.

"C'est aussi difficile de restaurer un coup de poing qu'un baiser", a fait remarquer Me Tricoire, faisant allusion à la dégradation du tableau de Claude Monet, "Le pont d'Argenteuil", dans la nuit de samedi à dimanche au musée d'Orsay, par une bande de cinq personnes, visiblement éméchées et entrées par effraction.

L'avocate a souligné que la Collection avait reçu des messages de soutien de plusieurs grands musées et salles d'exposition, comme le Museum of Modern Art (Moma) de New York ou la fondation Guggenheim.

Parfois au bord des larmes au cours de l'audience, la prévenue, silhouette menue vêtue d'un jean et d'un pull-over blanc, a insisté sur le caractère spontané de son "bisou". "Je ne suis pas fière (ndlr: de ce geste), ce serait prétentieux", a-t-elle dit.

"Mais vous n'avez pas le sentiment d'avoir commis un geste imbécile", l'interroge le président Dominique Boisselet. "Non", lui répond benoîtement la jeune femme.

Le représentant du parquet, le vice-procureur Yves Micolet, a requis à son encontre une amende de 4.500 euros, assortie d'un stage de citoyenneté, au titre de peine complémentaire.

"Il faut rappeler la loi mais aussi éduquer la prévenue", selon M. Micolet qui a rappelé que cette affaire faisait appel à deux impératifs: "la nécessité de préserver le patrimoine commun, comme le rappelle ce qui s'est passé au musée d'Orsay, et celle de protéger Rindy Sam qui n'a visiblement pas conscience de ce qu'elle a fait".

Les avocats de la défense, Mes Patrick Gontard et Jean-Michel Ambrosino, ont plaidé la relaxe: "Si on donne un coup de marteau sur un urinoir (ndlr: comme cela a été le cas sur l'urinoir de Marcel Duchamps), si on donne un coup de poing sur une toile, on sait qu'on va le détruire. Ce n'est pas la même chose avec un baiser", a souligné Me Gontard.

"Je ne considère pas que le baiser d'une femme puisse être considéré comme un acte violent", a-t-il ajouté.

De son côté, Me Ambrosino a jugé les demandes de dommages-intérêts des parties civiles "ridicules" et demandé la désignation d'un expert judiciaire pour évaluer le préjudice.

Jugement le 16 novembre.

4500€ d amende a une rmiste..... What the fuck ?!?
c est un bon ce peintre?
Revenir en haut Aller en bas
Antone
Administrateur
Administrateur
Antone

Nombre de messages : 21049
Age : 62
Date d'inscription : 02/09/2004

justice Empty
MessageSujet: Re: justice   justice EmptyVen 12 Oct - 13:29

je ne veux pas dire de bétise mais je crois qu'il fait un peu dans le monochrome blanc..d'où le fait que le baiser était bien visible..
sinon, éclairage sur l'affaire où l'on voit que la baiseresse n'est pas folle et compte bien rebondir sur l'affaire.



Le baiser d'Avignon" devant la justice

LE MONDE | 10.10.07 | 18h01 • Mis à jour le 10.10.07 | 18h01
Avignon Correspondant régional

justice Il y a des amis dont on pourrait se passer. Le "fiancé" et "conseiller artistique" de Rindy Sam, cette jeune Cambodgienne de 30 ans qui, en juillet, a laissé la trace de ses lèvres rouges sur un triptyque de Cy Twombly exposé à la Fondation Lambert d'Avignon a, en quelques secondes, fait souffler un vent désagréable sur une audience que le président du tribunal de grande instance d'Avignon, Dominique Boisselet, avait manifestement voulue compréhensive. Bien sûr Rindy Sam, longue chevelure de jais tombant sur un pull blanc, avait multiplié les contradictions durant l'interrogatoire sur les faits et ses motivations. "Je voulais juste déposer un baiser, c'était un acte d'amour", répétait-elle d'une voix douce, niant avoir eu l'intention de laisser une trace sur la toile de lin blanche. Quelques instants après, cette "artiste amateur qui ne vend pas ses toiles" revendiquait son action "comme un geste artistique".




Questionnée sur le bristol décoré de son baiser actuellement en vente sur Internet et distribué dans la salle des pas perdus du palais de justice d'Avignon, elle lançait : "Je me fous de cette notoriété, je veux qu'on me fiche la paix." Le président lui rappelait dans un sourire sa présence dans l'émission télévisée de Laurent Ruquier. "Je suis gentille avec les journalistes", susurrait Mlle Sam, se retournant vers les rangs de la presse.
Mais ces contradictions entre une naïveté enfantine dans les gestes et une rouerie certaine dans les mots ne plaidaient pas forcément en sa défaveur. D'ailleurs, dans son réquisitoire, le procureur expliquait que, s'il faut "protéger le patrimoine commun", il faut aussi "protéger Sam Rindy du parasitisme qu'on sent autour d'elle".
L'allusion était claire, qui désignait sans la nommer la petite troupe de Patrick Levieux, ledit "conseiller artistique" de la demoiselle, entendu comme témoin quelques instants auparavant. Ce professeur de philosophie marseillais avait d'abord averti le président qu'il fallait distinguer "les faits internes des faits externes" dans cette fameuse matinée du 19 juillet à la Fondation Lambert, devenue son chemin de Damas. M. Levieux expliquait ensuite qu'avant cette date il était "un niais prétentieux englué dans sa prétendue culture". La preuve ? "Quand Sam embrasse la toile", il est plongé dans le catalogue et ne voit rien de cette "expérience mystique et joyeuse" que vient d'éprouver son égérie. Depuis ce moment de grâce, Patrick Levieux est devenu "un autre homme, sorti de sa torpeur dogmatique". Légèrement narquois, le président s'étonne : "Si vous ne regardiez pas, vous devez avoir le sentiment d'avoir raté un grand moment de l'art ?" "Effectivement !", concède M. Levieux.
La défense plaidait alors que ce "baiser, complètement spontané, naturel", loin d'être une dégradation, était "une consécration de l'artiste Cy Twombly" et demandait la relaxe pour une jeune femme "devenue l'objet d'un débat de la petite communauté qui s'intéresse à l'art contemporain".
La partie civile a demandé 33 000 euros pour la restauration de la toile, 1 euro pour Cy Twombly au titre du préjudice moral et 2 millions d'euros pour la Fondation Lambert, propriétaire de la toile. Délibéré au 16 novembre.

_________________
justice Antisa10
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
Antone

Nombre de messages : 21049
Age : 62
Date d'inscription : 02/09/2004

justice Empty
MessageSujet: Re: justice   justice EmptyVen 12 Oct - 13:31

justice H_9_ill_965129_s
AFP/BORIS HORVAT
La Cambodgienne Rindy Sam a laissé la trace de ses lêvres - en juillet dernier - sur une toile de l'artiste Cy Twombly exposée à la Fondation Lambert d'Avignon.

_________________
justice Antisa10
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/azinzala/
Mosquito
Musher
Musher
Mosquito

Nombre de messages : 1873
Age : 121
Localisation : tout en haut
Date d'inscription : 29/09/2004

justice Empty
MessageSujet: Re: justice   justice EmptyVen 12 Oct - 13:40

effectivement...elle est gentille avec les journalistes comme elle dit! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




justice Empty
MessageSujet: Re: justice   justice Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
justice
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maka et les Tonguiens d'Agen
» YA PLUS DE JUSTICE...!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Macagna et questions diverses-
Sauter vers: