Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le discours approximatif de M.Merckel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Le discours approximatif de M.Merckel   Lun 30 Jan - 12:12

Les approximations de Nicolas Sarkozy




C'est presque devenu une habitude : chaque intervention présidentielle comporte son lot d'approximations et de contre-vérités chiffrées. Celle du 29 janvier n'a pas échappé à la règle. Nous en avons trouvé six parmi les propos de Nicolas Sarkozy.

1/ “Le mot "TVA sociale" "n'a aucun sens", "vous ne m'avez jamais entendu le prononcer"




Première erreur. Nicolas Sarkozy réprime l’usage de ce mot de “TVA sociale”, lui préférant “TVA emploi” ou “TVA antidélocalisation”. Pourtant il n’a pas toujours été de cet avis, et de nombreux internautes ont rapidement retrouvé, dimanche soir, des preuves qu’il avait bel et bien évoqué la “TVA sociale”.

C’est le cas dans son ouvrage, “Libre”, paru en février 2007, où il propose "qu'avec l'accord des partenaires sociaux, toute avancée dans le sens de la TVA sociale s'accompagne d'un grand rendez-vous social à la fin de chacune des deux années suivantes". En juin 2007, il a aussi déclaré, dans un discours : "Si la TVA sociale contribue à freiner les délocalisations, si elle est bonne pour l'emploi, si elle est bonne pour la croissance, si elle ne pénalise pas le pouvoir d'achat, alors nous ferons la TVA sociale".

Lire : Les variations de Sarkozy sur la TVA

2/“Les charges des salariés français sont deux fois plus élevées que celles des salariés allemands”.







L’image est destinée à frapper les esprits. Pourtant, elle est exagérée. Selon un rapport du Trésor de mai 2011, sur un salaire compris entre 2184 et 2946 euros bruts les charges sont effectivement de 21,03% pour l’employeur allemand contre 43,75% pour son homologue français.

Mais, précise le rapport, ce calcul est théorique, et ne concerne que cette seule tranche de salaires. En faisant une analyse plus précise des cotisations sociales “effectives à la charge des entreprises (pour la part ‘employeur’), le Trésor évoque plutôt un taux de 35% des recettes affectées à la protection sociale pour l’Allemagne contre 44% pour la France, soit un écart de 9 points - ou 25%, nous précise Chan dans les commentaires - et non plus du simple au double.

Rapporté au PIB, le financement de la protection sociale par les entreprises s’élève à 10,3% en Allemagne contre 13,5% en France. Quant aux bas salaires, le Trésor note que “les allégements généraux de charges conduisent à des taux de cotisation plus faibles en
France qu’en Allemagne, jusqu’à 10 points”.

3/La TVA sociale, "Nos amis allemands l'ont fait en 2004, et c'était un socialiste, Gerhard Schröder"



Là encore, l’image est classique dans la bouche de Nicolas Sarkozy : les socialistes français seraient plus rétrogrades que leurs homologues européens qui, eux, ont su faire les réformes nécessaires. Mais encore une fois, la chose n’est pas exacte. En l'occurrence, ce n’est pas Gerhard Schröder qui a mis en place la TVA sociale allemande, mais Angela Merkel.

Le projet, porté par la CDU CSU, la formation de Mme Merkel, fit partie des grands débats de la campagne électorale de 2005. Mme Merkel, élue à la tête d’une grande coalition, mit n œuvre son projet de TVA sociale qu’un an après, en juin 2006. Cela faisait donc un an que Gehrard Schröder n’était plus au pouvoir.

4/"La France est le pays qui a la fiscalité la plus lourde d’Europe"



Cette confusion est un autre classique du chef de l’Etat, destiné à critiquer les défauts de notre pays par rapport à ses partenaires. Il a déjà évoqué ce record français dans d’autres émissions, à chaque fois à tort : il suffit de prendre le rapport 2011 de la commission européenne sur la fiscalité pour constater que la France est, en 2011, à la septième place européenne pour son taux de fiscalité rapporté au PIB, loin derrière le Danemark (48,1%), la Suède (46,9%), la Belgique (43,5%), l’Italie (43,1%), la Finlande (43,1%) ou l’Autriche (42,7%). Notre pays a des rentrées fiscales équivalentes à 41,6% du PIB.




5/ "Les socialistes espagnols ont réformé les retraites, les socialistes allemands ont réformé les retraites”



Là encore, la confusion n’est pas nouvelle et a amplement servi lors des débats préalables à la réforme des retraites. L’Espagne a effectivement entamé une réforme des retraites fin 2011, sous la pression des marchés et dans le cadre de plans de rigueur drastiques

En revanche, la référence à l’Allemagne est en partie fausse. Le gouvernement social-démocrate de Gerhard Schröder a effectivement réformé en partie, en 2001, puis en 2003, les retraites, mais pour réduire en partie le taux de remplacement des revenus et pour mettre en place un système de financement assurantiel partiel. Mais la hausse de l’âge de départ, équivalent à la réforme française, a été mise en place en 2007 par Angela Merkel et donc la droite allemande.

6/ “Il n’y a plus d’industrie au Royaume-Uni”



Agacé qu’on lui oppose, concernant la TVA sociale, l’échec de la mesure en Grande-Bretagne, Nicolas Sarkozy a répondu par cette formule lapidaire, pour dire que la baisse des cotisations patronales n’avait pas fonctionné outre-Manche faute d’emplois industriels en nombre suffisant.

Un raccourci qu’il avait déjà fait voici quelques années, et qui s’avère totalement faux. Comme l’avait déjà expliqué Le Monde en 2009, la Grande-Bretagne est en fait plus industrialisée que la France. En 2007, son industrie représentait 16,7% du PIB contre 14,1% pour la France. Une statistique qui n’a pas changé en 2011.

Selon l’Insee, la production de l’industrie manufacturière reste plus élevée en Grande-Bretagne qu’en France : l’indice de la production industrielle, qui était de 102,3 en 2007 outre-Manche contre 102,6 en France, est passé en 2011 à 93,4 au Royaume-Uni contre 89,1 en France. Le déclin industriel est donc plus fort dans notre pays.

Samuel Laurent

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   Lun 30 Jan - 12:13

je rajouterai à titre personnel, l'attaque sur les collectvités territoriales qui dépensseraient plus qu'elles encaissent alors que la loi leur fait obligation de présenter un budget à l'équilibre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   Mar 31 Jan - 12:08


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Chjucu
Abdel Ben Corsar
Abdel Ben Corsar
avatar

Nombre de messages : 2034
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   Mar 31 Jan - 12:29

Les batailles de chiffres n'ont pas la rigueur qu'elles devraient.
A ce titre, il est exactement comme tous les autres : avancer des chiffres judicieusement pris dans quelque étude de l'INSEE ou de la cour des comptes et leur faire dire ce que l'on veut.
C'est ce que j'avais fait il y a quelques années sur ce forum en m'amusant avec Excel pour "démontrer" qu'en Corse, il était mathématiquement possible que ce ne soient que les "non corses" qui votent FN ("prouvant" par là même que les corses ne sont pas racistes). Evidemment, c'est une forme de sophisme, mais le sophisme avec les chiffres ne peut être "retourné".

On en a déjà parlé. Tu m'as donné des chiffres prouvant ce qu'a coûté le paquet fiscal par exemple. Mais tu t'es gardé de faire les comptes de ce qu'il y a de positif, car finalement ces chiffres ne sont pas publics voire n'existent pas. Comment évaluer cette mesure en terme d'impact psychologique quant à la consommation et à la non évasion fiscale des gens fortunés ?

Il est impossible de connaître toutes les ramifications qui s'exercent et influent. Et même si on les connaissait, impossible de les calculer. C'est comme la loi gravitationnelle. On calcule la pesanteur par rapport à la terre, mais même pluton a une influence. Moins loin, la Lune et le plus visible : les marées. Mais toi qui est un vrai pastore tu sais qu'il faut couper les arbres à feuilles caduques en lune descendante pour qu'il soit très dur (ou un truc du style) : à part l'observer a posteriori, est-on capable de calculer pourquoi ? En terme de modifications chimiques de la matière avec l'influence de la Lune ? Non.

Bref, la seule loi qui compte c'est l'observation a posteriori. Et encore faut-il la faire de manière complète.
En d'autre terme les débats chiffrés n'ont aucune valeur, ce sera encore une fois celui qui arrivera à séduire par son fiel le plus de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.i-babel.com/home/index.php#
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   Mar 31 Jan - 14:59

Tu n'as pas choisi le bon exemple avec le bouclier fiscal dont on sait avec une précision exacte ce qu'il a coûté, comment il a été réparti et quel a été son impact sur le retour des évadés fiscaux (une tendance à l'exil se dessine de nouveau avec la crainte du retour de Hollande le bolchevik).

Quant à l'impact sur la consommation, je n'y crois guère vu la typologie des dossiers en cause.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
absolut bastia
Raaaaaaaaaaleur
Raaaaaaaaaaleur
avatar

Nombre de messages : 7718
Age : 52
Localisation : dans mon bunker en 1ère ligne
Date d'inscription : 18/11/2004

MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   Mar 31 Jan - 16:14

Hollande le Bolchévike Laughing attenti Mickael Vendetta a promis de s'exiler s'il était élu, rien que pour ça faut voter Hollande Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://36quaidesorfevres.gouv.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le discours approximatif de M.Merckel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le discours approximatif de M.Merckel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Politique e quistione corse-
Sauter vers: