Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La république bananière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: La république bananière   Lun 12 Oct - 14:49

Quand la Toile se moque de Jean Sarkozy



Par Marie Amélie Putallaz, publié le 12/10/2009 12:16 - mis à jour le 12/10/2009 15:34



En postulant pour prendre la direction de l'Epad, le fils du président de la République se doutait-il qu'il deviendrait la nouvelle star des blogueurs?


REUTERS/Olivier Pon

Le fils de Nicolas Sarkozy, président du groupe UMP au conseil général des Hauts-de-Seine, devrait être élu à la tête de l'établissement qui gère l'aménagement de la Défense.

Elle fait grincer des dents l'opposition, mais la candidature du fils du chef de l'Etat à la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense (Epad) a une vertu: elle divertit le Web. Internautes, blogueurs et journalistes s'amusent de voir Jean Sarkozy sur tous les fronts. Depuis vendredi soir, ils enchaînent les blagues avec pour leitmotiv: "Jean Sarkozy partout".
La plaisanterie a pris son ampleur sur la plateforme de microblogging Twitter.
"Avant le Big Bang il y eut un claquement de doigts de Jean Sarkozy!", prophétise PierreCol.
"La NASA recherche de l'eau sur la Lune pour y construire une piscine pour Jean Sarkozy", renchérit l'avocat Maître Eolas.
"Jean Sarkozy sait qui a volé l'orange du marchand", ajoute Ludouze.

Twitter

Fil Twitter de Nicolas Vanbreemersch (Versac)

Certains ont même troqué leur photo pour celle du jeune candidat, à l'image du blogueur Versac. Ces mini-messages, reconnaissables à leur tag #jeansarkozypartout, tombent par milliers: "Moi, j'ai compté 2650 (600+1450+600) tweets sur vendredi-samedi-dimanche - . et vous?", chiffre le journaliste Fcinq. Jean Sarkozy est propulsé en tête des sujets brûlants en France sur Twitter.

Le site Web de l'Epad piégé
Un petit jeu qui inspire les amateurs de détournement de photo (Jean Sarkozy, après Michelle, nouvel amour de Barack Obama) et... les créateurs de groupes Facebook. On ironise, par exemple, sur son parcours scolaire - Jean Sarkozy est étudiant en seconde année de droit - avec le groupe: "Se sentir plus qualifié que Jean Sarkozy pour être à la tête de la Défense". Certains comparent désormais Jean Sarkozy à une autre idole du Web, l'acteur américain Chuck Norris, dont les exploits supposés sont ironiquement repris sous forme de petites phrases du type "Chuck Norris a déjà compté jusqu'à l'infini. Deux fois". Jean Sarkozy a désormais son propre répertoire.


Jensarkozypartout.com

Le site jeansarkozypartout.com, parodie du site desirsdavenir.com de Ségolène Royal


Le site Web de l'Epad fait les frais du buzz. Attaqué, il affichera pendant le week-end une fausse petite annonce et ses candidatures, dont celle-ci:

LEXPRESS.fr

Sondage LEXPRESS.fr du 12 octobre

"Mes chers compatriotes, Neuilliens, Neuilliennes, c'est avec une grande émotion que j'ai conscience de l'honneur que vous me faites en me choisissant librement et sans pression aucune pour faire plaisir à papa, notre sire bien aimé..." (voir le PDF sur le site d'Europe1).
"A travers cette explosion de messages consacrés à Jean Sarkozy, on peut également y voir l'exercice de la liberté d'expression et la possibilité de critiquer le président, comme seuls le faisaient il y a peu de temps encore, les chansonniers ou les Guignols.", analyse le blog Cayenconsulting. Une manière donc d'exprimer avec humour un mécontentement bien réel.
La pétition officielle "Jean Sarkozy, renoncez à postuler au poste de président de l'EPAD" a déjà recueilli plus de 8000 signatures. Et sur LEXPRESS.fr, en plus de vos nombreux commentaires, le sondage du jour est sans appel: à 13h30, plus de 80% des 1400 internautes ayant voté estiment que cette candidature n'est "que du népotisme".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 14:54


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
PIXININI
Carlos Borges
avatar

Nombre de messages : 1283
Age : 45
Localisation : furiani
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 15:49

on arrive pas a toucher le père alors........ on se venge sur le fils
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rmc.fr/blogs/public/images/After_foot/2010-2011/agres
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 16:51

Dans le monde entier la France est accusé de Népotisme, pour la patrie des droits de l'homme qui fait la leçon à tous, cela se marrer jusqu'en Chine en passant par l'australie. Je vous invite à consulter les news en Anglais.

En dehors de cela c'est le buzz du jour, comme promis par 'Sarkotchescou'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 17:30

L'étranger ironise sur le "Dauphin" Jean Sarkozy



Par Kévin Deniau, publié le 12/10/2009 16:23 - mis à jour le 12/10/2009 18:56




En France, la polémique enfle au sujet de la très certaine nomination de Jean Sarkozy, à la tête de l'Epad, l'Etablissement public d'aménagement du quartier d'affaires de La Défense. Une aubaine pour la presse étrangère qui s'amuse de l'ascension "miraculeuse" du "Prince Jean".

Une nouvelle polémique dont l'UMP se serait bien passée. Si la majorité fait, après l'affaire Mitterrand, une nouvelle fois bloc derrière l'un des siens, c'est le branle-bas de combat dans l'opposition où les accusations de népotisme fusent dans tous les sens, à la suite de la candidature de Jean Sarkozy à la tête de l'Epad.
Mais, cette polémique ne laisse pas indifférente non plus la presse étrangère. Comme l'a également fait remarquer Arrêt sur images, cette dernière ne rate pas une si belle occasion d'égratigner la "République monarchique" française
DR

Le "clan Sarkozy" fait entre autres les gros titres dans le Corriere della Sera (Italie) et Lidove Noviny (République tchèque).

Outre-Manche, la presse ironise sur la "dynastie Sarkozy". Dans un style plutôt neutre, The Guardian rappelle sobrement le parcours du "Prince Jean", "qui n'a pas encore fini ses études" et "qui a connu une ascension fulgurante dans le fief de son père".
Le site de la BBC lui emboîte le pas, ainsi que le Telegraph qui titre sans détours "Sarkozy donne le poste à son fils de 23 ans entraînant des accusations de népotisme".
Dans un style plus tranché, Charles Bremmer, correspondant du Times, ironise sur les dernières affaires qui ont secoué la France. Il glisse même l'expression de "république bananière", en citant des amis français.Outre la presse étrangère, la Toile s'en donne aussi à coeur joie sur Jean Sarkozy, comme vous pouvez le lire ici.


Après la réminiscence du duel Fouquet/Louis XIV entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin dans le procès Clearstream, après l'affaire Mitterrand, voici le dossier "Prince Jean", "l'étonnante action de népotisme de Nicolas Sarkozy" menée par "ses barons" pour promouvoir son fils à la tête de la Défense, "au coeur de Sarkoland, dans les Hauts-de-Seine".
"Sarko Junior, qui a redoublé sa deuxième année de droit à la Sorbonne, a été élu maire de Neuilly l'an dernier. On lui a immédiatement donné les clefs de l'Union de papa pour un Mouvement Populaire", écrit Bremmer.

Une accession "miraculeuse" pour La Voz de Galicia
Le journaliste du Times évoque également la pétition en ligne contre la promotion de Jean Sarkozy mais ne se fait pas d'illusions: "Sarkozy père est déterminé à placer le garçon à ce poste. Il occupera ses nouvelles fonctions en décembre, pratiquement au même moment où la dynastie s'élargira", en référence à la future paternité de Jean.
Cet article se retrouve d'ailleurs de l'autre côté du globe, au Chili, où il est rappelé que l'ascension du "Dauphin" met dans l'embarras même les membres de la majorité.
En Espagne, La voz de Galicia relève pour sa part les carences du futur successeur de Patrick Devedjian. "Plus que son âge [...], ses études en seconde année de droit ne paraissent pas suffisantes pour diriger la Défense".
Le quotidien galicien s'interroge également sur les conditions d'accession de Jean Sarkozy à la tête de l'Epad. "L'unique obstacle pour Jean Sarkozy a été résolu miraculeusement. Il n'est pas membre du conseil d'administration de l'établissement public, mais une démission inespérée lui a laissé la place et rien ne l'empêchera de devenir président en décembre prochain".
A croire que la polémique intéresse vraiment le monde entier. En Chine, un reportage de la télévision CCTV s'amuse clairement de la situation (la vidéo ci-dessous pour les sinophones).

En Inde, le quotidien DNA India, dont le titre de l'éditorial, "All in family" se comprend sans traduction, pointe du doigt les grandes dynasties au pouvoir. De Nehru aux Kennedy, en passant par les Clinton, les Bonaparte... et maintenant les Sarkozy!
"Le fait est que la politique est une activité obscure, en Inde comme partout ailleurs", souligne le quotidien.
Enfin, gardons l'article le plus sarcastique pour la fin. Il vient de nos voisins transalpins et plus précisément de Massimo Nava, correspondant au Corriere della Sera, bien connu des internautes de LEXPRESS.fr.
Ce dernier se montre circonspect quant à la candidature unique du fils du chef de l'Etat, "à seulement 23 ans, il est candidat mais est un prétendant sans concurrence".
Nava décrypte aussi les arcanes du fief familial. "La candidature de Sarkozy II, le jeune, représente une continuité dynastique sur le territoire de Neuilly-sur-Seine [...], une ville pas comme les autres. Elle a une importance fondamentale dans la géographie du pouvoir français. C'est le centre des affaires, mais aussi le lieu de résidence des plus notables familles industrielles et nobles du pays, des plus beaux noms de la finance et de la jet-set".

La succession du "trône" en vue?
Massimo Nava place également en relief cette nomination dans un avenir plus lointain. "L'Epad est le tremplin naturel pour la présidence du conseil général du département, dont les élections sont prévues pour 2011", à la place de Patrick Devedjian, "tombé en disgrâce".
Avant de conclure, dans un élan de politique fiction ironique, "En France, République monarchique, on prépare la succession du trône [...] Resta à voir qui ira à la conquête de l'Elysée en 2017".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 17:33




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 17:45

Sarkoccescu va être réélu et déja certain annonce dans les médias le prince Jean comme présidentiable dans quelques années
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierfran
Morfale
Morfale
avatar

Nombre de messages : 8170
Age : 38
Localisation : Aix en Provence/Oletta
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 19:36

PIXININI a écrit:
on arrive pas a toucher le père alors........ on se venge sur le fils

Ce n'est pas une vengeance c'est simplement qu'à un moment, le vase déborde...

Je crois que le plus ridicule dans l'affaire, c'est d'écouter les justifications des lèche-cul. Incroyable de stupéfaction. Justifier l'injustifiable par aveuglement ou simple connerie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apoc.forumpro.fr/
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Lun 12 Oct - 19:47

PIXININI a écrit:
on arrive pas a toucher le père alors........ on se venge sur le fils

Sauf ton respect consulte un neurologue, il ne s'agit de juger personne mais de constater des pratiques. Ce que fait Sarko porte un nom et se retrouve dans toute les dictatures, dans le monde cela s'appelle le Népotisme. Un type de 22 ans, en deuxième année de droit c'est déjà étrange, on lui file des responsabilités énormes et un brassage de pognon gigantesque.

Que penses un non Alzeimer de ça, qu'il soit de droite, de gauche ou UMP ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swedish Tenimi
Tchernia's addict
Tchernia's addict
avatar

Nombre de messages : 3613
Age : 36
Localisation : Je sais plus trop là...
Date d'inscription : 15/05/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Mar 13 Oct - 11:32

23 ans et il a pas encore son deug de droit ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aschese.blogspot.com
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Mar 13 Oct - 11:47

Ô Swedish, vu ton bagage, je pense que tu peux prétendre à la présidence de l'OMS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
L'artichjoccu
Mariuz Piekarski


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: La république bananière   Mer 14 Oct - 18:21

Le Canard Enchaîné a écrit:
Président, un tremplin pour devenir assistant

Citation :
Juriste Collectivités-Marchés Publics
Alternance/Apprentissage

Poste et Mission : Assistanat du responsable des Marchés Publics (travaux/fournitures et services) et des divers contrats soumis au Service Marchés de l’établissement).

Formation en alternance/apprentissage/professionnalisation admis(e) en M2 de droit public (Collectivités Territoriales), vous êtes
disponible à compter de mi-septembre 2009. Connaissances spécifiques : Outils bureautique et internet.

Voilà au moins un poste à pourvoir à l’Epad que Jean Sarkozy ne briguera pas : « juriste collectivités ». Cette petite annonce, piquée sur le site de l’établissement public, propose un job d’assistant du responsable des marchés publics pour lequel il est exigé, tout de même, un master 2. Lequel ne s’acquiert qu’au bout de cinq années de fac sanctionnées par une licence en droit. Prince Jean, toujours en deuxième année de fac à 23 ans, devra donc attendre avant de pouvoir postuler. Comme quoi, à l’Epad, il est plus facile de démarrer au sommet qu’à la base. Vous rêvez d’être assistant, commencez par être président !

Il va y avoir de la joie au prochain conseil d’administration, où le brillant étudiant côtoiera plusieurs polytechniciens, des inspecteurs généraux des Finances, des ingénieurs des Ponts et Chaussées, du Génie rural, des Eaux et Forêts, des diplômés de l’Institut d’études politiques de Paris, tous dotés de CV et d’états de service long comme le bras.

Mais le premier qui l’embête, il le dit à papa.



Le Canard Enchaîné a écrit:
Papa Sarkozy aux commandes de la machine à fiston…

Concurrents écartés, conseil d’administration sur mesure : depuis plus d’un an, la conquête de l’Epad a mobilisé l’Elysée

Le prochain sacre du prince Jean à la présidence de l'Etablissement public d’aménagement de la Défense (Epad), ne relève pas d’une simple foucade d’enfant gâté. Il s’agit, au contraire, d’une opération de longue haleine, chapeautée par l’Elysée et dans laquelle, papa Sarkozy s’est personnellement impliqué.
La voie a été ouverte grâce à un premier coup de force. Le 16 juin 2008, Jean Sarkozy, fraîchement élu conseiller général de Neuilly-Sud, rafle, à 21 ans, la présidence du groupe UMP-Nouveau-Centre du conseil général des Hauts-de-Seine. Le coup a été monté par Isabelle Balkany, vice-présidente du conseil général et grande amie des Sarkozy père et fils. Le patron du département, Patrick Devedjian, qui tente de s’opposer à cette promotion éclair est sèchement rappelé à l’ordre par l’Elysée.


Le ‘’vieux’’ s’accroche

Très vite, Sarkozy junior juge trop petite sa nouvelle aire de jeux. Plus maman poule que jamais, Isabelle Balkany a d’abord imaginé de le faire élire président du conseil général à la place de Devedjian. Mais l’élection n’aura pas lieu avant 2011. En revanche, du côté de la Défense, un avenir radieux attend l’héritier impatient. L’Elysée, qui travaille déjà à son projet de Grand Paris, envisage de construire une forêt de nouvelles tours. Il entend surtout élargir de 160 à 770 hectares le périmètre de l’Epad, en absorbant la moitié du territoire de la commune de Nanterre, dirigée par le PC.
L’affaire se présente d’autant mieux pour Jeannot que Devedjian doit quitter la tête de l’Epad en décembre 2009. Il aura alors 65 ans, âge limite fixé par la loi pour les présidents d‘établissements publics. Le ministre de la Relance, qui veut éviter le couperet, entreprend alors de faire évoluer la législation pour gagner quelques années de rab.
Il dispose du soutien de Matignon, mais l’Elysée freine des quatre fers. Devedjian tente alors de passer en force. Le 23 janvier 2009, alors que le Sénat débat du projet de loi de relance de l’économie, un amendement est opportunément déposé par le sénateur UMP Dominique Leclerc. Ce texte prévoit de porter de 65 à 70 ans la limite d’âge pour les patrons d’établissements publics. Et quand le président demande : « Quel est l’avis du gouvernement ? », le ministre de la Relance, un certain Patrick Devedjian, approuve d’un sonore « favorable ! » L’amendement est adopté.
Jean Sarkozy a-t-il perdu la partie ? Pas encore : quelques semaines plus tard, le Conseil constitutionnel annule, comme le prévoyait l’Elysée, cette disposition, au motif qu’elle n’a aucun lien avec le projet de loi en discussion.
De son côté, Jean Sarkozy fait profil bas. Il répond alors à la presse qu’il se consacre à « bosser » ses manuels de droit. « Ce serait bien pour lui d’avoir un diplôme, renchérit Isabelle Balkany, car on ne sait pas ce que réserve la vie… » (Le Parisien 10/2)
Mais en coulisse, l’Elysée n’est pas resté inactif. En octobre 2008, Sarkozy installe le sous-préfet Philippe Chaix à la direction générale de l’Epad. Cet homme de confiance a déjà fait ses classes dans le Sarkoland comme secrétaire général de la préfecture des Hauts-de-Seine. Reste le plus important : le contrôle du conseil d’administration. Entre février 2008 et septembre 2009, huit des neuf fonctionnaires qui y siègent sont remplacés par d’autres, estimés plus dociles. Tout est prêt.


Manœuvre paternelle

Dès l’été 2009, le Président passe aux choses sérieuses. Le 30 juin, il visite le quartier de la Défense en compagnie de son fils et d’un Devedjian déjà hors-jeu. Sarkozy s’occupe ensuite du cas d’un certain Hervé Marseille. Ce conseiller général (Nouveau Centre) des Hauts-de-Seine est l’un des deux représentants du département au conseil d’administration de l’Epad. Comme les statuts prévoient que la présidence revient à un élu du conseil général, Hervé Marseille se trouve d’office désigné pour succéder à Patrick Devedjian. Sa démission est donc indispensable. Le 15 juillet 2009, un très opportun décret présidentiel nomme Marseille au Conseil économique et social, en attendant un siège de sénateur qui lui a été promis pour 2011. « Le Président a voulu m’être agréable », reconnaît l’intéressé, contacté par « Le Canard ».

Ces bienfaits ne seront pas perdus. Le 29 septembre, les élus UMP du département sont convoqués pour prendre acte de la démission d’Hervé Marseille. Il ne reste plus qu’à mettre Devedjian devant le fait accompli. Le 5 octobre, le prince Jean lui annonce, en tête-à-tête, que la partie est terminée. Trois jours plus tard, l’héritier est désigné par le groupe UMP-Nouveau Centre pour devenir membre du conseil d’administration - et donc futur président – de l’Epad. La date du sacre est déjà arrêtée : ce sera le 4 décembre prochain, à la tour Opus de la Défense. Pour le Te Deum à Notre-Dame, on verra plus atrd...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Mer 14 Oct - 18:38

C'est très grave, nos ancètres qui ont voulu consruire une république doivent se retourner dans leur tombe.

A moins qu'il y ait des cycles et qu'ils faillent régulièrement ressortir la guillotine pour recadrer. La république des pourris est là et bien là. Quelques soit le système les mêmes réussissent. L'exemples des membres du PC soveitique (ou leurs enfants) réconvertis en capitaine d'industrie est frappant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Mer 14 Oct - 18:39

vince a écrit:
C'est très grave, nos ancètres qui ont voulu consruire une république doivent se retourner dans leur tombe.

A moins qu'il y ait des cycles et qu'ils faillent régulièrement ressortir la guillotine pour recadrer. La république des pourris est là et bien là.
Quelque soit le système les mêmes réussissent à prendre le pouvoir.

L'exemples des membres du PC soviétique (ou leurs enfants) réconvertis en capitaine d'industrie est frappant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'artichjoccu
Mariuz Piekarski


Nombre de messages : 33
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: La république bananière   Mer 14 Oct - 20:47



Extrait choisi :

« Ce qui compte en France pour réussir, ce n’est plus d’être bien née ; pour réussir, c’est travailler dur et avoir fait la preuve par ses études, par son travail, de sa valeur. Principe de justice […] car quel meilleur critère que celui du savoir et de la compétence pour désigner ceux qui doivent exercer des responsabilités. »

Nicolas Sarkozy, président de la République française, 13 octobre 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Jeu 15 Oct - 7:19

Ne sois pas cruel..

Plus largement, si je fais la synthèse de pas mal de choses qui se sont passées ces derniers temps, j'arrive à un constat inquiétant.
Finkielkraut sur France Inter.. prend la défense de Polanski en indiquant qu'il s'agit d'une chasse injuste faite par la plèbe jalouse d'un artiste. Il résume ainsi le débat à la lutte entre la masse et l'élite (accessoirement, il dit que la petite salope l'avait bien cherché etc..)
Mitterand, a fait du tourisme sexuel. Ce n'est pas très glorieux et un citoyen lambda pourrait avoir à en répondre car c'est un délit dans le pays où ça se passe. Mais c'est un grand de ce monde et on fait pleurer Margot sur cet intouchable.
Le fils Sarkosy est nommé sur la base du fonctionnement monarchique avec transmission héréditaire du pouvoir et visiblement certains, dont le père du Dauphin, ne sont même pas gênés puisqu'il en arrive à tenir en plein milieu de l'affaire, des discours contraires à leurs actes. On se fout clairement du peuple.
Mon constat? C'est qu'on revient tranquille à l'Ancien Régime. Pain sec pour la masse et brioche pour le haut du panier avec en prime l'insulte faite à ceux qui ont le tort de s'offusquer et qui sont rangés dans le camp des petits qui ne comprennent rien à la politique et à la marche des choses.
Ca va péter. Et comme il n'y a pas d'alternance politique crédible, ça va péter dans la rue ce qui va renforcer le pouvoir de ceux qui ont créé les conditions de l'affrontement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Jeu 15 Oct - 15:41

Le ghetto du gotha..
Monique et Michel Pinçon, auteurs des "Ghettos du gotha"

"Sarkozy, c'est le népotisme nouveau riche"

LEMONDE.FR | 15.10.09 | 16h18 • Mis à jour le 15.10.09 | 16h41 l
MichelPinçon et Monique Pinçon-Charlot, auteurs, entre autres, des "Ghettos du gotha" (Seuil, 2007), passent au crible de leur regard de sociologues les codes sociaux de la grande bourgeoisie. Bons connaisseurs de l'Ouest parisien, ils analysent la polémique née de la candidature de Jean Sarkozy à la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de La Défense (EPAD).



Jean Sarkozy, fils du président de la République, est propulsé candidat de la présidence de l'EPAD. Ce type de cooptation est-il représentatif des pratiques de la grande bourgeoisie de l'Ouest parisien ?
Monique Pinçon-Charlot : Nicolas Sarkozy est un homme politique qui représente la classe dominante avec ses liens, ses réseaux, ses cercles et ses clubs. Toutefois, il marque une différence avec ce milieu : avec lui , son appartenance se voit. Il vend la mèche, il donne à voir comment cette classe sociale fonctionne.
Pierre Bourdieu a théorisé que pour que le pouvoir puisse fonctionner, il devait être méconnu. Les classes dominées ne doivent pas connaître les mécanismes du pouvoir. Avec Nicolas Sarkozy, nous sommes dans un mode de fonctionnement original. Dès la nuit du Fouquet's, au soir de son élection, il choisit ses invités et envoie ce message : désormais le monde des affaires sera au cœur du système politique français. Nous sommes face à un népotisme de nouveau riche.
Nicolas Sarkozy joue-t-il volontairement avec les codes sociaux de la grande bourgeoisie ?
Michel Pinçon : Nicolas Sarkozy a vécu à Neuilly sur Seine, dans les Hauts-de-Seine. Il en a été maire pendant près de 20 ans. Il connaît donc parfaitement les codes de cette société. Néanmoins, durant la première période de son quinquennat, c'est l'argent que Nicolas Sarkozy a mis en avant. On lui a conseillé de faire machine arrière sur ce point et il l'a fait.
Dans le cas de son fils Jean, il brûle les étapes dans son ambition de créer une lignée. D'autres avant lui, dans le milieu politique, ont construit une dynastie comme les Debré ou les Poniatowski. Mais là, il veut aller trop vite. Encore une fois, il se comporte en nouveau riche. Il n'a pas la bienséance d'attendre que les choses soient mûres.
Monique Pinçon-Charlot : L'ascension du fils à marche forcée ne respecte pas le temps de la légitimation, de la légitimité, de l'installation de l'individu dans le champ politique. Lorsque Jean Sarkozy dit qu'il a été élu, c'est vrai ! Mais il n'avait pas vraiment de concurrent à ce poste et les élections étaient gagnées d'avance. Cela ne le rend pas plus crédible.
Michel Pinçon : Dans cette bizarrerie, car c'est une bizarrerie d'avoir un garçon âgé de 23 ans à la tête d'un établissement aussi important, Nicolas Sarkozy marque sa différence avec ceux qu'il sert. Les grands patrons initient leurs enfants au monde des affaires, via les meilleures écoles, des stages dans les filiales du groupe familial. Les héritiers ne sont pas lâchés comme ça dans un milieu aussi complexe. Ce qui se passe pour la présidence de l'EPAD est ahurissant.L'affichage, le manque de précaution marquent-ils la différence entre les Sarkozy et la grande bourgeoisie traditionnelle ?
Michel Pinçon : Les propos tenus cette semaine par Nicolas Sarkozy à l'occasion de la réforme du lycée sont emblématique de son fonctionnement. Il a dit : "Ce qui compte en France pour réussir, ce n'est plus d'être bien né, c'est de travailler dur et d'avoir fait la preuve, par ses études, par son travail, de sa valeur". Il suit alors une stratégie de communication qui l'amène a prononcer les mots que les Français veulent entendre : mérite, diplôme, travail... Le même jour, il illustre exactement l'inverse en voulant que son fils prenne la tête de l'EPAD , un népotisme mis en évidence sans complexe.

Monique Pinçon-Charlot : Il nous reste à voir si lors des prochains rendez-vous électoraux, le "vieil argent", avec ses codes et ses valeurs, sanctionnera l'attitude de Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, je suis d'avis qu'il ne sanctionnera pas.Propos recueillis par Eric Nunès

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
FILIPPUNIULINCU
Pascal Chimbonda
Pascal Chimbonda
avatar

Nombre de messages : 8618
Age : 58
Localisation : cu u fucile
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Jeu 15 Oct - 19:51

Je ne vais pas défendre Nicolas X et son fils Jean, mais question de nomination parce que Papa y était ou y est, en Corse on en connait un rayon . . .

La mairie de Bastia, la mairie de Porto-Vecchio, j'en passe et des meilleures
Il faudrait voir à ne pas se voiler la face et regarder la réalité en face, nous sommes les Champions de cet art, car chez nous, c'est élevé au rang d'art cet etat de fait non ?
Bon, c'est aussi pour ça que la politique me gonfle
Tous (ou presque) des truands
On ne dit rien lorsque c'est notre camp qui "s'arrange" et tout de suite on tape sur l'autre si il fait la même chose

Je vais vous en raconter une
Lors des élections, on fait ce que l'on appelle une voiture pour surveiller les lieux de vote, sans y rentrer sauf à la demande du président du bureau, bon mais là n'est pas le souci, le problème est que ce qui a été reproché (aller chercher les vieux électeurs avec des cars municipaux) à Jean Tiberi, eh bien cette vilénie a été faite (et de tout temps à Blanc-Mesnil) je l'ai vu de mes propres yeux, je signale à toutes et tous que la mairie est communiste depuis la fin de la guerre, et je ne sais pas si les élections ne sont pas euh, disons "truquées"

De droite, de gauche, du centre, des communistes et même des 2 extrèmes sans oublier les pseudos verts, tous pareils, la seule chose qu'ils veulent, c'est s'en mettre plein les poches sur le dos des autres, et les autres c'est nous, piquer la place de l'autre, ils me donnent la gerbe
Des pédophiles dans tous les camps en plus

Tous à mettre dans le même sac et ce sac à jeter





FORZA BASTIA PER SEMPRE
Filippu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince
Nebosja Krupnikovic
avatar

Nombre de messages : 4881
Age : 52
Date d'inscription : 06/02/2006

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 9:05

FILIPPUNIULINCU a écrit:
Je ne vais pas défendre Nicolas X et son fils Jean, mais question de nomination parce que Papa y était ou y est, en Corse on en connait un rayon . . .

La mairie de Bastia, la mairie de Porto-Vecchio, j'en passe et des meilleures
Il faudrait voir à ne pas se voiler la face et regarder la réalité en face, nous sommes les Champions de cet art, car chez nous, c'est élevé au rang d'art cet etat de fait non ?
Bon, c'est aussi pour ça que la politique me gonfle
Tous (ou presque) des truands
On ne dit rien lorsque c'est notre camp qui "s'arrange" et tout de suite on tape sur l'autre si il fait la même chose

Je vais vous en raconter une
Lors des élections, on fait ce que l'on appelle une voiture pour surveiller les lieux de vote, sans y rentrer sauf à la demande du président du bureau, bon mais là n'est pas le souci, le problème est que ce qui a été reproché (aller chercher les vieux électeurs avec des cars municipaux) à Jean Tiberi, eh bien cette vilénie a été faite (et de tout temps à Blanc-Mesnil) je l'ai vu de mes propres yeux, je signale à toutes et tous que la mairie est communiste depuis la fin de la guerre, et je ne sais pas si les élections ne sont pas euh, disons "truquées"

De droite, de gauche, du centre, des communistes et même des 2 extrèmes sans oublier les pseudos verts, tous pareils, la seule chose qu'ils veulent, c'est s'en mettre plein les poches sur le dos des autres, et les autres c'est nous, piquer la place de l'autre, ils me donnent la gerbe
Des pédophiles dans tous les camps en plus

Tous à mettre dans le même sac et ce sac à jeter





FORZA BASTIA PER SEMPRE
Filippu

Il se trouve que c'est une commune que je connais bien, je peux t'affirmer qu'il n'est pas nécessaire de faire venir des faux électeurs, la population soutient son maire. Quant aux bus qui viennent chercher les vieux des quartiers ce n'est pas une nouveauté, il le font aussi pour des voyages, des spectacles et des activités diverses et variées... idem pour les jeunes pour aller à la piscine, au cinéma....

Si tu as des noms, donne moi les en MP, il a de fortes chances que je connaisse et je te dirais ce qu'il en est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDAS
Pascual Garrido
avatar

Nombre de messages : 2039
Age : 117
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 10:38

Citation :
Dynasties

Les "fils et filles de" en politique

Par Catherine Gouëset, publié le 15/10/2009 14:30

La fulgurante ascension politique du fils du président de la
République, Jean Sarkozy, fait des vagues. Moins en raison de sa
filiation que de son inexpérience et de sa jeunesse; il n'est en effet
pas la seule personnalité politique française à suivre la carrière
familiale. Quelques autres exemples, tant dans la vie politique locale
que nationale.



REUTERS/Philippe Wojazer

Nathalie Kosciusko-Morizet, fille du maire de Sèvres, François Kosciusko-Morizet.

Jean-Pierre Abelin, député de la Vienne depuis
1978, conseiller général depuis 1977, Vice-président du conseil général
depuis 1982. et Maire de Châtellerault depuis 2008. Il est le fils de
Pierre Abelin, ancien maire de Châtellerault (de 1959 à 1977), ancien
député de la Vienne et ancien ministre, et de Geneviève Abelin,
également maire de Châtellerault (1977-1983).
Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.

Sylvie Andrieux, députée des Bouchers-du-Rhône, fille du sénateur Antoine Andrieux.
Diplômée de l'Ecole supérieure de commerce et d'administration des entreprises (Escae).

Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan depuis 1998 et
sénateur des Pyrénées orientales depuis 2001. Il a succédé à son père,
Paul Alduy, ancien sénateur-maire de Perpignan. Sa mère, Jacqueline
Alduy, a été sénateur-maire d'Amélie-les-Bains-Palalda.
Polytechnicien.

Martine Aubry, maire de Lille depuis 2001 et
ancienne ministre. Elle est la fille de Jacques Delors, ministre
socialiste des Finances de 1981 à 1985, puis président de la Commission
européenne de 1985 à 1995.
ENA.
Roselyne Bachelot, l'actuelle ministre de la santé
a pris la succession de son père en tant que député du Maine-et-Loire
entre 1988 et 2007. Elle s'est présentée sans succès à la mairie
d'Angers. Son père, Jean Narquin avait été député gaulliste du
Maine-et-Loire de 1968 à 1986.
Docteur en Pharmacie.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, députée des Hauts-de-Seine
depuis 2002. Elle a été désignée maire de Puteaux par le conseil
municipal en avril 2004, après la démission pour raison de santé de son
père Charles Ceccaldi-Raynau.
Diplômée de l'École de notariat de Paris.

Bernard Debré, député d'Indre-et-Loire de 1986 à 1994, et député de la 15e circonscription de Parisdepuis 2004. Fils de Michel Debré, ancienPremier ministre (1959-1962).
Professeur des universités et Chef du service d'urologie à l'hôpital Cochin.

Jean-Louis Debré,
président du Conseil constitutionnel depuis 2007. Frère de Bernard Debré et fils de Michel Debré
Diplômé d'études supérieures en sciences politiques, docteur en droit public.

Paul Giaccobbi
, député depuis 2002, président du
conseil général de Haute-Corse depuis 1998. A succédé à son père. Il
est le fils de l'ancien député et sous-secrétaire d'État, François
Giacobbi, le petit-fils de Paul Joseph Marie Giacobbi qui fut ministre
après-guerre, lui-même fils de Marius Giacobbi qui fut également député
et sénateur de Corse.
ENA.
Louis Giscard d'Estaing, député du Puy-de-Dôme depuis 2002 et Maire de Chamalières depuis 2005. Fils de l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981).
Institut européen d'administration des affaires (Insead).

Jean Grenet, maire de Bayonne depuis 1995 ; député
des Pyrénées-Atlantiques depuis le 2002. Il a pris la place de son père
Henri, maire de Bayonne entre 1959 et 1995, député des Pyrénées
atlantiques de 1962 à 1967 ; président du conseil général des
Pyrénées-Atlantiques de 1985 à 1992
Chirurgien.

Maryse Joissains
, maire de Aix-en-Provence depuis
2001 et député des Bouches-du Rhône depuis 2002. Son mari a été maire
d'Aix entre 1978 et 1983. Sa fille, Sophie Joissains, est adjointe au
maire d'Aix-en-Provence et sénatrice des Bouches-du-Rhône depuis
octobre 2008.
Avocate.
Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne (2002-2007), maire de Longjumeau et, depuis janvier 2009, secrétaire
d'État à la prospective et au développement de l'économie numérique.
Elle est la fille du maire de Sèvres, François Kosciusko-Morizet, la
petite-fille de Jacques Kosciusko-Morizet, ambassadeur de France, et
l'arrière-petite-fille d'André Morizet, sénateur-maire communiste puis
SFIO de Boulogne-Billancourt.
Polytechnicienne.

Christophe Masse
, député des Bouches-du-Rhône
depuis 2002. il a succédé à son père Marius Masse, député depuis 1978.
Auparavant, la circonscription était détenue par Jean Masse, grand-père
de Christophe, élu depuis 1953.
Etudes de Droit.

Gilbert Mitterrand, maire de Libourne (Gironde)
depuis 1989, conseiller général, député entre 1981 et 1993. Il est le
fils de l'ancien Président de la République François Mitterrand.
Professeur de droit à l'Université Paris XIII.

Axel Poniatowski
, maire de
l'Isle-Adam depuis 2001, député du Val-d'Oise depuis 2002. Fils de
l'ancien ministre de l'Intérieur Michel Poniatowski (1974-1977).
Diplômé de l'Institut supérieur de gestion.

LadislasPoniatowski, sénateur de l'Eure (Haute-Normandie) depuis 1998, frère d'Axel Poniatowski.
Licencié en sciences économiques, Maîtrise de gestion.

Marie-Luce Penchard, secrétaire d'Etat chargée de
l'Outre-mer depuis juin 2009, elle est la fille de Lucette
Michaux-Chevry, ancienne présidente du conseil régional de Guadeloupe.
Maîtrise de sciences économiques.
Emile Zuccarelli, maire de Bastia depuis 1989 et
député de Haute-Corse entre 1986 et 2007. Avant lui, son père Jean
Zuccarelli a été le premier magistrat de Bastia pendant près de
vingt-deux ans, député de Corse entre 1962 et 1986, conseiller général
de Corse et président du district de Bastia de 1968 à 1995.
Polytechnicien.
Il suffit d'ouvrir google pour se rendre compte qu'en politique les fils et les filles de ... sont légion .
Et que d'autre avant Sarko ne se sont pas gênés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FILIPPUNIULINCU
Pascal Chimbonda
Pascal Chimbonda
avatar

Nombre de messages : 8618
Age : 58
Localisation : cu u fucile
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 11:18

Amicu "vince" je n'ai jamais parlé de faux électeurs pour Le Blanc-Mesnil, j'ai juste dit que pour les élections, les cars municipaux allaient dans les maisons de retraites chercher les anciens
C'est tout
Quant aux élections, je me pose la question :
Sont-elles truquées ?
C'est tout
Quant aux dernières élections, d'après toi, c'était tout à fait franc, de présenter sur les affiches et les tracts l'ancien maire comme possible 1er élu, alors que ce n'est pas lui qui est maire (beaucoup de monde savait qu'il allait prendre sa retraite) ?
Et la véritable raison de la "place de l'eau" ?

Sinon la liste de l'Amicu "JUDAS" est bien explicite, tous mouillés . . .




FORZA BASTIA PER SEMPRE
Filippu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 60
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 12:28

La fille de Bohringer est actrice comme le fils Delon etc.. On retrouve ça partout.
Simplement, je ne vois rien de comparable dans les parcours des gens cités, la plupart bardés de diplômes et d'expérience et qui ont, au fil de leur parcours, abouti à des responsabilités pour lesquelles droite ou gauche, ils étaient qualifiés.
La plupart..c'est vrai. Certains ont bénéficié d'un effet d'aubaine

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
FILIPPUNIULINCU
Pascal Chimbonda
Pascal Chimbonda
avatar

Nombre de messages : 8618
Age : 58
Localisation : cu u fucile
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 14:12

Amicu "Antone" pour la fille Romane et le fils Anthony, leurs pères respectifs sont biens meilleurs qu'eux, à mon avis
Quant à l'aubaine, ils en ont tous ou presque bénéficié





FORZA BASTIA PER SEMPRE
Filippu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDAS
Pascual Garrido
avatar

Nombre de messages : 2039
Age : 117
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 14:16

Et encore je suis pas aller chercher parmi les buses
Parce que y a du lourd et du très très lourd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FILIPPUNIULINCU
Pascal Chimbonda
Pascal Chimbonda
avatar

Nombre de messages : 8618
Age : 58
Localisation : cu u fucile
Date d'inscription : 07/09/2004

MessageSujet: Re: La république bananière   Ven 16 Oct - 14:41

JUDAS a écrit:
Et encore je suis pas aller chercher parmi les buses
Parce que y a du lourd et du très très lourd
Et pourtant Amicu, je t'assure que parmi les cités, il y a de l'énorme




FORZA BASTIA PER SEMPRE
Filippu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La république bananière   

Revenir en haut Aller en bas
 
La république bananière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Politique e quistione corse-
Sauter vers: