Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 14:41

Un dossier


BASTIA CORRESPONDANT


En lettres bâtons, l'argumentaire commercial incite le futur acquéreur à saisir les "possibilités de défiscalisation" et profiter sans plus tarder de "T4 de standing" avec "vue sur parc arboré". Depuis quelques mois, les imposants panneaux publicitaires aux couleurs criardes, qui jalonnent les itinéraires touristiques corses, de Bastia à Calvi en passant par Porto-Vecchio, donnent aux voies de communication insulaires des allures de routes pavées d'or. Maisons individuelles, appartements, pavillons de lotissements aux noms champêtres ou pompeux, ont parfois trouvé preneurs avant même l'achèvement des travaux. Certains de ces lots seront revendus par des propriétaires qui n'en auront pas même poussé la porte. Avec une confortable plus-value à la clé.

Difficile de connaître avec précision la surface totale de ces projets immobiliers champignons.
Une certitude est toutefois inscrite dans les chiffres du ministère de l'industrie : pour la seule année 2008, les délivrances de permis de construire ont explosé : + 49,3 %. Longtemps préservée du béton, la Corse se hérisse de flèches de grues et avance au son des claquements métalliques des mâchoires de pelleteuses. Même les côtes paisibles du Cap Corse, semées de minuscules villages de pêcheurs aux terrains jusqu'ici peu convoités, sont gagnées par le tsunami immobilier et la hausse du prix du mètre carré. D'après les chiffres parvenus aux deux fédérations départementales du BTP, près de 50 % des résidences édifiées dans la région de Porto-Vecchio (Corse-du-Sud) ont été acquises par des "non résidents", notamment d'origine italienne.
Lancés au cours des quatre dernières années, ces programmes auraient surtout bénéficié des différents dispositifs gouvernementaux destinés à faciliter l'accession à la propriété (prêts à taux zéro, etc.). Reste que ce brutal développement ne manque pas d'aiguiser l'appétit d'acteurs moins institutionnels. Bon an mal an, une ou deux affaires de racket viennent troubler la réalisation des profits d'un secteur qui contribue à hauteur de 7 % au PIB local. Les affaires "sorties" par les services de police ou de gendarmerie grâce aux rares témoignages de victimes ne constituent que la partie émergée de l'iceberg.
ENGINS DE CHANTIER INCENDIÉS
Pour s'en convaincre, il suffit de se pencher sur les statistiques des services des deux préfectures de Corse pour constater combien la nature des cibles de plasticages a changé. Palais de justice et gendarmeries, symboles de "l'Etat français colonial" honni des indépendantistes armés, constituent aujourd'hui la portion congrue. Ils ont été détrônés par les entreprises de BTP et, fait nouveau, par les chantiers en cours.
Le 6 juin, à Alata (Corse-du-Sud), une résidence en construction est soufflée par une charge explosive ; deux jours auparavant, c'est à Lucciana, une grosse commune du sud de Bastia, qu'un immeuble en construction était endommagé ; dix jours plus tôt, une maison en cours d'achèvement à deux pas de la plage de Palombaggia, près de Porto-Vecchio, avait été rasée.
Sur octobre et novembre 2008, quatorze engins de chantier appartenant à plusieurs sociétés du BTP ont été incendiés à travers la Corse. En deux ans, 57 attentats et tentatives ont visé des sociétés du secteur à travers le territoire de l'île, jusqu'à de petits villages comme Casalabriva (Corse-du-Sud), où la voiture d'un entrepreneur avait été soufflée par une bombe en novembre. "Soyons honnêtes,tempère Jean-Marc Cermolacce, entrepreneur et patron du Medef dans l'île, la situation est beaucoup moins tendue qu'il y a dix ans. Il y aura toujours des tensions commerciales exacerbées, mais nous ne sommes plus face aux tentatives de prédation organisées des années passées."
Les services de sécurité ne partagent pas cet optimisme. Signe des temps, les atteintes aux entreprises du BTP étaient auparavant intégrées dans la statistique globale sur les attentats : "Elles sont différenciées depuis 2006, explique un officier de gendarmerie. Oui, il y a bien un phénomène, c'est certain. Restent à définir les mobiles... et à persuader les victimes de coopérer." Dans un climat plombé par une quarantaine d'assassinats en trois ans, dont treize pour les six premiers mois de 2009, cette "coopération" reste toute théorique.
Si la fièvre immobilière est loin de suffire à expliquer la série de règlements de compte qui a lieu dans l'île, les services d'enquête regardent en direction des équipes de voyous locaux, visiblement engagées, comme de véritables entreprises, dans une concurrence effrénée pour profiter des retombées de la manne immobilière et touristique. Paul-Marie Romani, professeur d'économie à l'université de Corse, s'inquiète "non de l'abondance des projets mais des gens qui sont derrière. D'anciens projets ressortent des cartons, de grands groupes financiers reviennent, et on se retrouve dans la même situation qu'avant Aleria". Aleria est ce bourg de la côte orientale où Edmond Simeoni, alors jeune médecin bastiais, avait donné le coup d'envoi de la revendication nationaliste en occupant une cave viticole, fusil de chasse au poing. A l'époque, les premiers autonomistes dénonçaient les liens entre spéculation immobilière et affairisme. C'était en août 1975. Antoine Albertini

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 14:45

La baisse record des attentats ne rassure pas les services de police

LE MONDE | 15.07.09 | 13h10




BASTIA CORRESPONDANT

Du 1er janvier au 5 juillet 2009, "seulement" 24 attentats et 4 tentatives ont été commis en Corse. C'est un record que tous les gouvernements, depuis trente ans, auraient été ravis d'établir. Paradoxalement, les services de l'Etat en Corse, si prompts à se féliciter des succès enregistrés dans la lutte contre le terrorisme, ne le reconnaissent que du bout des lèvres, comme s'ils ne voulaient pas injurier l'avenir.






Le nombre de plasticages s'établit à un niveau moitié moindre qu'au cours de la même période de l'année 2008. Et, de mémoire de policier, il s'agit du plus faible nombre de plasticages depuis 1989, période calme au cours de laquelle les clandestins négociaient l'octroi d'un nouveau statut spécifique. L'année la plus tendue fut 1986, avec 550 attentats.
L'année 2008 avait déjà été marquée par un effondrement de moitié de l'activité du groupe FLNC-Union des combattants et de son jumeau, le FLNC du 22 octobre, avec 89 attentats, contre 181 un an plus tôt.
Davantage que les lourdes peines prononcées par la justice contre les militants clandestins, plus encore que le difficile renouvellement générationnel de leurs cadres "historiques" atteints par la limite d'âge, le FLNC-Union des combattants et le FLNC du 22 octobre ont été sérieusement mis à mal par des dizaines d'interpellations et une mauvaise publicité que ne parviennent pas à faire oublier les chansons de geste des "ribelli" - les "rebelles" - morts pour la cause nationaliste : en cinq ans, quatre militants ont perdu la vie au cours d'attentats avortés. C'est davantage qu'en trente ans de "lutte de libération nationale".
Paradoxalement, un tel effondrement ne rassure pas les services de police, inquiets de l'éclatement d'équipes autrefois identifiées et dont certaines parachèvent par désoeuvrement une reconversion entamée il y a plusieurs années dans le microbanditisme local.
Le pire scénario envisagé par les forces de l'ordre est celui d'un nouveau départ de quelques groupes isolés vers l'aventurisme "brigadiste", à l'image du commando qui assassina le préfet de Corse, Claude Erignac, le 6 février 1998, pour refonder un nationalisme jugé décadent, dévoyé et privé de perspectives. Antoine Albertini

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 14:48

Des entreprises s'installent, les inégalités se creusent

LE MONDE | 15.07.09 | 13h10

BASTIA CORRESPONDANT

Lorsqu'un engin de chantier a posé l'enseigne frappée de l'imposant "Q" de Quick sur le toit du restaurant, le 13 août 2005, les Ajacciens n'ont pas donné cher de l'avenir du fast-food, le premier à ouvrir en Corse. Dominant une voie rapide, avec des barres d'immeubles pour vis-à-vis dans un quartier peu riant de la ville, le Quick ne pouvait décemment rivaliser avec l'ambiance décontractée des paillotes de la route des Sanguinaires, où les belles claquent la bise au patron en commandant oursins et vin blanc sur fond de musique lounge.





Las. Quatre ans plus tard, l'établissement ne désemplit pas et les groupes de restauration, Buffalo Grill, Hippopotamus ou Courtepaille, autrefois tétanisés par l'équation "corse = racket + bombes" s'installent dans l'île, rassurés par la décrue des plasticages.
Il y a quelques mois, un Courtepaille a ouvert ses portes, adossé à un hôtel BestWestern. Le gérant des deux établissements est originaire de l'île : une condition sine qua non, selon Pascal Magneron, directeur marketing de Courtepaille. Mais la direction de la chaîne assure n'avoir pris en compte que deux critères : un dossier de financement jugé "béton" et une connaissance solide du "business sur place".
Arrivée des compagnies aériennes low-cost, multiplication des enseignes franchisées, manoeuvres d'approche de grands groupes de l'hôtellerie : la nouvelle donne économique modifie les habitudes locales. Mais les statistiques donnent une vision plus contrastée de la richesse du département.
Entre 2000 et 2007, le nombre d'insulaires soumis à l'impôt sur la fortune a bondi de 112 %. Mais, en 2007, le taux de pauvreté (19,3 % des ménages) a aussi atteint un niveau record en France métropolitaine. Les chiffres montrent des signes de délitement d'une société qui avait longtemps compensé par la solidarité familiale et la proximité sociale sa mauvaise situation économique. L'écart se creuse entre catégories : les 10 % des ménages les plus riches gagnent 5,2 fois plus que les 10 % des ménages les plus défavorisés.
Sur le site Internet qu'il anime à ses heures perdues, Guillaume Guidoni, un jeune Castifincu (originaire du petit village de Castifao, en Haute-Corse), ingénieur X-Ponts devenu économiste de marché dans un grand établissement financier, note : "Cet écart de revenus s'explique du côté de Paris par des riches plus riches qu'au niveau national. En Corse, il s'explique par des pauvres plus pauvres."

Sur le Web : www.corse-economie.eu.
Antoine Albertini

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
absolut bastia
Raaaaaaaaaaleur
Raaaaaaaaaaleur
avatar

Nombre de messages : 7718
Age : 51
Localisation : dans mon bunker en 1ère ligne
Date d'inscription : 18/11/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 14:54

FLNC sola speranza Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://36quaidesorfevres.gouv.fr
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 14:57

je ne crois pas non. Ou alors d'il y a 35 ans arf

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
Pierfran
Morfale
Morfale
avatar

Nombre de messages : 8170
Age : 37
Localisation : Aix en Provence/Oletta
Date d'inscription : 08/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 15:37

Deux points intéressant :

Le premier est l'incohérence entre les deux premiers articles. L'un explique que le nbre d'attentats contre le BTP à augmenter et a dû être distingué des autres attentats ('nationalistes' ?). Et dans le second il est noté que les attentats (clairement 'nationalistes') ont nettement baissé cette année. Sauf que le nombre de 24 n'est pas le nombre total (BTP + natio). Encore de la com ? En gros, ça baisse, mais ça ne baisse pas !

Le second est la paupérisation grandissante d'une partie de la population de l'île corrélée à un délitement du lien social et familial. Je suis assez triste et pessimiste quant à la capacité de retrouver une certaine cohésion et solidarité. A force de vouloir être différent des 'français', nous devenons pareils voire pires ! arf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apoc.forumpro.fr/
absolut bastia
Raaaaaaaaaaleur
Raaaaaaaaaaleur
avatar

Nombre de messages : 7718
Age : 51
Localisation : dans mon bunker en 1ère ligne
Date d'inscription : 18/11/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 16:53

Antone a écrit:
je ne crois pas non. Ou alors d'il y a 35 ans arf
exactement le vrai, le pur...., Aléria, Edmond, cette époque la, les boues rouges de la montedisson.......pas le mélange politico bandito mafieux acteul, le vrai FLNC qui a empéché que la Corse devienne les Baléares ou la Cote d'Azur bis, car sans le FLNC on serait bétonnés comme sur la Costa Brava.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://36quaidesorfevres.gouv.fr
absolut bastia
Raaaaaaaaaaleur
Raaaaaaaaaaleur
avatar

Nombre de messages : 7718
Age : 51
Localisation : dans mon bunker en 1ère ligne
Date d'inscription : 18/11/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 16:55

Pierfran a écrit:

A force de vouloir être différent des 'français', nous devenons pareils voire pires ! arf
mouvement de fond irréverssible hélas, c'est trop tard tout s'est accéléré depuis 5 ans, c'est foutu et plié.

quand tu vois désormais des voitures cramer en plein centre ville de Bastia comme dans le 9.3.... ou à strasbourg Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://36quaidesorfevres.gouv.fr
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 17:40

le vrai FLNC comme tu dis portait en germe cette dérive. L'action clandestine évacue le contrôle politique. Allez, mettons qu'il y ait eu des coeurs purs. C'est même certain. Les dérives ont vite commencé et au nom de la cause, rien n'a été dit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
ghjattuvolpa
sdinticatu
sdinticatu
avatar

Nombre de messages : 3841
Age : 47
Localisation : Corsica
Date d'inscription : 16/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Mer 15 Juil - 17:42

Et tu fais comment pour contrer? Je vois d'ici que les "modérés" ne se mouillent pas. En effet, vu les intérêts en jeu malheur à celui qui agit à visage découvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.studiosdolla.net/CV/site/tours.htm
PIXININI
Carlos Borges
avatar

Nombre de messages : 1283
Age : 45
Localisation : furiani
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Jeu 16 Juil - 12:13

Pierfran a écrit:
. A force de vouloir être différent des 'français', nous devenons pareils voire pires ! arf

ah non

pareils c'etait y'a 10 ans

maintenant on est pires que les pires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rmc.fr/blogs/public/images/After_foot/2010-2011/agres
JUDAS
Pascual Garrido
avatar

Nombre de messages : 2039
Age : 116
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Jeu 16 Juil - 13:02

PIXININI a écrit:
Pierfran a écrit:
. A force de vouloir être différent des 'français', nous devenons pareils voire pires ! arf

ah non

pareils c'etait y'a 10 ans

maintenant on est pires que les pires
Je vous dis rien Wink
Mais regarder un peu ce qui est en train de poindre sur la plaine orientale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speranza
Reynald Pedros
avatar

Nombre de messages : 1673
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Ven 17 Juil - 8:26

Vous pensez vraiment que les voyous qui sont directement ou indirectement derrière les sociétés de promotion immobilière et du BTP auraient peur des bombinettes des Natio Laughing Laughing

Peut être que les problèmes proviennent de l'absence à des postes à responsabilité de personnes ayant une idée forte de l'intérêt général.
Peut être que la violence, cet horizon indépassable pour la plupart des Corses empêche l'union de ceux-ci sur une base protectrice, peut être.
Peut être qu'elle entraîne sur une aussi faible population des divisions empêchant la résolution des problèmes qui exigent la concorde, peut être.
Peut être que parceque de plus en plus de communes adoptent des Plan locaux d'Urbanisme (PLU) , de plus en plus de zones s'ouvrent à la construction. Car si il n'y a pas de PLU sur la commune c'est la règle dite de la constructibilité limitée qui s'applique. Cette dernière ne permettant une urbanisation qu'en continuité de l'existant. Et on sait ou se trouve les villages de Corse, loin du rivage.
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A8gle_de_constructibilit%C3%A9_limit%C3%A9e

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074075&idArticle=LEGIARTI000020458758&dateTexte=20090717

Il semble qu'il y ait 360 communes en Corse, dont un grand nombre possède une petite tranche de littoral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antone
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 21049
Age : 59
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Ven 17 Juil - 8:53

[quote="Speranza"]

Peut être que les problèmes proviennent de l'absence à des postes à responsabilité de personnes ayant une idée forte de l'intérêt général.
[quote]

Exclamation on a trop longtemps cru ou feint de croire que la cupidité avait épargné cette île

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
JUDAS
Pascual Garrido
avatar

Nombre de messages : 2039
Age : 116
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Ven 17 Juil - 9:54

[quote="Antone"][quote="Speranza"]

Peut être que les problèmes proviennent de l'absence à des postes à responsabilité de personnes ayant une idée forte de l'intérêt général.
Citation :


Exclamation on a trop longtemps cru ou feint de croire que la cupidité avait épargné cette île
Je ne pense pas que le vrai danger vienne du ou des promoteurs ceci sont trop " visibles" donc previsible Wink
le vrai danger vient du copinage en petit comité arf
un terrain , un ami politique et un investisseur @
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDAS
Pascual Garrido
avatar

Nombre de messages : 2039
Age : 116
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Sam 18 Juil - 10:04

[quote="JUDAS"][quote="Antone"]
Speranza a écrit:


Peut être que les problèmes proviennent de l'absence à des postes à responsabilité de personnes ayant une idée forte de l'intérêt général.
Citation :


Exclamation on a trop longtemps cru ou feint de croire que la cupidité avait épargné cette île
Je ne pense pas que le vrai danger vienne du ou des promoteurs ceci sont trop " visibles" donc previsible Wink
le vrai danger vient du copinage en petit comité arf
un terrain , un ami politique et un investisseur @
Et voili Shit
Citation :


La Cour d'appel de Bastia ordonne la destruction de constructions illégales


AJACCIO - La cour d'appel de Bastia a ordonné la démolition de treize constructions parfois luxueuses mais édifiées sans titre sur des terrains appartenant à la ville d'Ajaccio sur le site très convoité de Capo di Feno, a-t-on appris vendredi auprès du parquet général.
Le tribunal a également condamné les treize occupants des lieux à 3.000 euros d'amende et ordonné la remise en état des lieux d'ici un an. Passé ce délai, a précisé la cour dans son arrêt rendu mercredi, les condamnés devront s'acquitter d'une astreinte de 30 euros par jour.
Les terrains municipaux, situés en bord de mer sur un site proche des îles Sanguinaires devenu un "spot" de surf réputé, avaient été prêtés il y a plusieurs décennies à des pêcheurs et des employés de la ville pour y exploiter des jardins familiaux.
Etaient seulement tolérés sur les parcelles des abris de jardins destinés à ranger les outils qui, au fil du temps, se sont transformés en cabanons puis, en maisons en dur, en belles villas et parfois même "en mini-palais", a expliqué à l'AFP l'avocate de la ville, Hélène Bras.
En première instance, le tribunal correctionnel d'Ajaccio avait condamné les occupants à 1.500 euros d'amende mais n'avait pas jugé nécessaire la destruction des constructions.
Un procès antérieur, initié par le maire bonapartiste Marc Marcangeli s'était soldé par une relaxe, le tribunal ayant jugé les faits prescrits.
Le dossier de Capo di Feno opposait la mairie et la préfecture aux occupants depuis plusieurs années.
(©AFP / 17 juillet 2009 16h24)













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speranza
Reynald Pedros
avatar

Nombre de messages : 1673
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   Sam 18 Juil - 10:33

Pour ces dernières années, celles dont parle l'article de A.A, la quasi totalité des permis de construire délivrés sont conformes.
La quasi totalité (90% au moins) des constructions se font avec un permis de construire.
Evidemment on peut trouver des cas d'illégalité totale (construction sans permis, dépassement de la SHON, mais c'est marginal par rapport à la situation globale).

Le problème c'est que la population a besoin de boucs-émissaires, d'avoir un objet sur lequel focaliser une haine afin de calmer l'angoisse née de son incapacité à comprendre et maîtriser la situation. Situation qui lui échappe, car au fonds elle s'en branle complétement de la Corse.
Préférant les :
"On mange quoi ce souarr ?"
"y a quoi dans le frigo ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fièvre immobilière et risques affairistes en Corse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Politique e quistione corse-
Sauter vers: