Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 triskaidecaphobie

Aller en bas 
AuteurMessage
JUDAS
Pascual Garrido
JUDAS

Nombre de messages : 2039
Age : 119
Date d'inscription : 08/04/2007

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 15:46

La peur du nombre 13 s'appelle la triskaidecaphobie (triskaideca = 13 en grec).

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour".

Bon voila tout ca pour parler du Vendredi 13 buzz


Lors de la Cène, dernier repas de Jésus-Christ avec ses apôtres, ils étaient 13 à table. Le 13e convive, Judas le trahira et Jésus subira la Passion. Depuis lors, on croit que le fait être 13 invités à table porte malédiction.
Le vendredi, ou le sixième jour de la semaine selon la Bible, est le jour de la Crucifixion de Jésus Christ.
Ce serait un vendredi que Caïn tua son frère Abel.
Hérode massacra les innocents un vendredi.
Un vendredi, le Diable tenta Ève et Adam mangea le fruit défendu.
Adam et Ève furent par la suite expulsés du Jardin d'Eden un vendredi.
Le Temple de Salomon aurait été détruit un vendredi.
C'est un vendredi que commença la grande inondation, et que l'Arche de Noé fut lancée sur les flots.

Et le Vendredi 13 Avril 2007 a lieu le match Bastia - Creteil affraid

dtc dtc dtc dtc dtc dtc dtc dtc dtc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierfran
Morfale
Morfale
Pierfran

Nombre de messages : 8170
Age : 39
Localisation : Aix en Provence/Oletta
Date d'inscription : 08/09/2004

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 15:57

Tant que ma copine ne me fait pas une scène... fiscu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://apoc.forumpro.fr/
macagnaman
A l'ours!
A l'ours!
macagnaman

Nombre de messages : 2394
Date d'inscription : 07/09/2004

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 16:14

ploumploum a écrit:

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour".
:

Vendredi... c'est le 5ème jour mi pare Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDAS
Pascual Garrido
JUDAS

Nombre de messages : 2039
Age : 119
Date d'inscription : 08/04/2007

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 18:05

macagnaman a écrit:
ploumploum a écrit:

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour".
:

Vendredi... c'est le 5ème jour mi pare Neutral

le vendredi est le 6iem jours du calendrier judeo chretiens
j'ai fais qlq recherches mais aucune explication n'est réellement donné
Il semblerait que

Sabbat
De l'hébreu shabbat, repos.
Le sabbat ou shabbat est le septième jour de la semaine pour le judaïsme. C'est une journée qui est consacrée à la prière, au culte et à l'étude de la Thora. Selon la loi de Moïse, les Juifs doivent s'abstenir de travailler et de toute activité créatrice. Le sabbat qui commence le vendredi au coucher du soleil, jusqu'au samedi soir, est célébré en famille et s'accompagne de multiples interdits (ne pas toucher au feu et à l'électricité...).
Le sabbat trouve son origne dans la Genèse où il est écrit que Yahvé, après avoir crée le Monde, se reposa le septième jour.
Donc le vendredi "a ete" le 6iem jours de la semaine et Dimanche "etait "considere comme le 1er jour de la semaine............ buzz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speranza
Reynald Pedros
Speranza

Nombre de messages : 1673
Date d'inscription : 12/01/2007

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 19:55

Dans la tradition Chrétienne le vendredi est bien le 5ème jour (le lundi étant le 1er jour travaillé après le jour du seigneur), le 6ème c'est chez les juifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
birou
Nicolas Dieuze
birou

Nombre de messages : 141
Age : 66
Localisation : belgique
Date d'inscription : 13/07/2006

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 20:38

ploumploum a écrit:
La peur du nombre 13 s'appelle la triskaidecaphobie (triskaideca = 13 en grec).

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible".



:
La Bible ne bannit aucun jour.Les Hébreux ne donnaient pas de noms aux jours de la semaine,exception faite du septieme jour appelé Sabbat.
On faisait référence aux différents jours par leur ordre numérique.
A l'époque de Jésus et de ses apotres,le jour qui précédait le sabbat s'appelait la Préparation.Voir Math 15:42.

Chez les Hébreux,le jour commençait le soir,apres le coucher du soleil,et finissait le lendemain au coucher du soleil. le jour allait donc d'un soir à l'autre.
Par conséquent,vendredi 13 avril apres le coucher du soleil,commencera le jour du Sabbat,un bon augure pour le Sporting. Mr. Green

Pour le reste,voici quelques informations : study

Le mot hébreu pour “ semaine ” (shavoua`) désigne littéralement une unité ou période de sept éléments. Le mot grec sabbaton dérive quant à lui du mot hébreu qui signifie sabbat (shabbath).

Le comptage des jours par cycles de sept remonte loin dans l’histoire de l’homme. Le précédent pour cette division du temps fut établi par Jéhovah Dieu quand il divisa sa période d’activité de création en six jours, ou unités de temps, couronnés par un septième jour de repos (Gn 2:2, 3).
Après cela, c’est à propos de Noé, à l’époque du déluge, qu’on rencontre la mention suivante d’un cycle de sept jours, mais il n’est pas question d’un repos au septième jour (Gn 7:4, 10 ; 8:10, 12).
En Paddân-Aram et en Philistie, on observait des périodes de sept jours relativement aux mariages (Gn 29:27, 28 ; Jg 14:12, 17). Une période de sept jours fut aussi observée lors des funérailles de Jacob (Gn 50:10). Toutefois, le récit biblique ne dit pas que ces périodes de sept jours de jadis suivaient une disposition hebdomadaire, ayant un même jour de départ et étant suivies d’autres périodes identiques de sept jours.
Chez certains peuples de l’Antiquité, les cycles de sept jours s’alignaient sur les quatre phases de la lune et recommençaient à chaque nouvelle lune. Un mois lunaire comptant soit 29, soit 30 jours, les cycles de sept jours ne pouvaient pas se succéder complètement.

En Genèse 24:55 se trouve une référence ancienne à une période de dix jours. Dans l’Égypte antique, le temps était divisé en cycles de dix jours (trois cycles par mois), ce qui devint manifestement familier aux Israélites durant leur long séjour dans ce pays.

Sous la Loi. C’est en rapport avec les instructions concernant la Pâque qu’on trouve pour la première fois une ordonnance divine requérant l’observation d’une période spécifique de sept jours. Cette période devint la fête annuelle des Gâteaux sans levain que les Israélites célébrèrent par la suite après la Pâque. Le premier jour ainsi que le septième, ou dernier jour, devaient être des jours de repos. — Ex 12:14-20 ; 13:6-10.

Institution du sabbat.
  Cependant, l’inauguration de cette semaine spéciale fut suivie d’une période d’environ un mois durant laquelle les Israélites, fuyant l’Égypte, se déplaçaient, et dans cette période il n’est aucunement précisé qu’ils observaient des semaines se terminant par un septième jour de repos. Après le 15e jour du deuxième mois de leur sortie du pays d’Égypte,Dieu commença à leur donner la manne, et c’est à ce moment qu’ils reçurent pour la première fois l’ordre d’observer un sabbat régulier chaque septième jour (Ex 16:1, 4, 5, 22-30). Cette observation du sabbat entraînait nécessairement une division des jours par semaines consécutives ne tenant pas compte des périodes mensuelles lunaires. Dieu l’érigea ensuite en ordonnance légale dans l’alliance de la Loi qu’il donna à la nation d’Israël par l’intermédiaire de Moïse. — Ex 20:8-11 ; Dt 5:12-15
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serep i molot
Evadé d'Alcatraz
Evadé d'Alcatraz
Serep i molot

Nombre de messages : 2107
Age : 31
Date d'inscription : 22/09/2006

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyJeu 12 Avr - 21:07

Ah oui quand même, il a réussi à débarouler ici Ghjuvanroccu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
macagnaman
A l'ours!
A l'ours!
macagnaman

Nombre de messages : 2394
Date d'inscription : 07/09/2004

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyVen 13 Avr - 8:46

ploumploum a écrit:
macagnaman a écrit:
ploumploum a écrit:

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour".
:

Vendredi... c'est le 5ème jour mi pare Neutral

le vendredi est le 6iem jours du calendrier judeo chretiens
j'ai fais qlq recherches mais aucune explication n'est réellement donné
Il semblerait que

Sabbat
De l'hébreu shabbat, repos.
Le sabbat ou shabbat est le septième jour de la semaine pour le judaïsme. C'est une journée qui est consacrée à la prière, au culte et à l'étude de la Thora. Selon la loi de Moïse, les Juifs doivent s'abstenir de travailler et de toute activité créatrice. Le sabbat qui commence le vendredi au coucher du soleil, jusqu'au samedi soir, est célébré en famille et s'accompagne de multiples interdits (ne pas toucher au feu et à l'électricité...).
Le sabbat trouve son origne dans la Genèse où il est écrit que Yahvé, après avoir crée le Monde, se reposa le septième jour.
Donc le vendredi "a ete" le 6iem jours de la semaine et Dimanche "etait "considere comme le 1er jour de la semaine............ buzz
Donc Dieu s'est reposé le samedi alors ????? (le fameux 7ème jour ) alors pourquoi c'est dimanche qui est férié ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDAS
Pascual Garrido
JUDAS

Nombre de messages : 2039
Age : 119
Date d'inscription : 08/04/2007

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyVen 13 Avr - 15:45

macagnaman a écrit:
ploumploum a écrit:
macagnaman a écrit:
ploumploum a écrit:

Le jour: Vendredi est un jour banni par la Bible. Le mot "vendredi" ne se retrouve nul part dans la Bible, ni dans le Nouveau Testament, ni dans l'Ancien Testament; on y utilise plutôt l'expression "sixième jour".
:

Vendredi... c'est le 5ème jour mi pare Neutral

le vendredi est le 6iem jours du calendrier judeo chretiens
j'ai fais qlq recherches mais aucune explication n'est réellement donné
Il semblerait que

Sabbat
De l'hébreu shabbat, repos.
Le sabbat ou shabbat est le septième jour de la semaine pour le judaïsme. C'est une journée qui est consacrée à la prière, au culte et à l'étude de la Thora. Selon la loi de Moïse, les Juifs doivent s'abstenir de travailler et de toute activité créatrice. Le sabbat qui commence le vendredi au coucher du soleil, jusqu'au samedi soir, est célébré en famille et s'accompagne de multiples interdits (ne pas toucher au feu et à l'électricité...).
Le sabbat trouve son origne dans la Genèse où il est écrit que Yahvé, après avoir crée le Monde, se reposa le septième jour.
Donc le vendredi "a ete" le 6iem jours de la semaine et Dimanche "etait "considere comme le 1er jour de la semaine............ buzz
Donc Dieu s'est reposé le samedi alors ????? (le fameux 7ème jour ) alors pourquoi c'est dimanche qui est férié ?

Dimanche Dernier jour de la semaine. Ce mot est issu du latin dies Dominicus, signifiant « jour du Seigneur », devenu plus tard diominicu. Les autres jours de la semaine sont : lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi.

Il existe une forte polémique entre ceux qui voient dans le dimanche le premier ou le dernier jour de la semaine. Nous nous rangeons ici à l'avis de l'Académie française qui note, dans la neuvième édition de son dictionnaire :

« Traditionnellement, et aujourd'hui encore dans la langue religieuse, premier jour de la semaine qui commémore la résurrection du Christ ; il comportait aussi la prescription du repos. Dans la langue courante, septième et dernier jour de la semaine.»[1]

Les Romains associaient ce jour au Soleil (dies solis) ; on retrouve encore cette étymologie dans les mots anglais Sunday ou allemand Sonntag.

La tradition du dimanche chrétien
Le dimanche est le jour où le Christ est ressuscité. D'après la tradition catholique, Jésus meurt sur la croix un vendredi après-midi. On l'enterre rapidement à cause du Shabbat qui commence dès la tombée de la nuit et pendant lequel il est interdit d'ensevelir les morts et de les couvrir de parfum. Les femmes myrrhophores sont donc obligées d'attendre le dimanche matin (premier jour de la semaine), pour procéder aux embaumements et préparations qu'elles n'avaient pas eu le temps de faire le vendredi avant le coucher du soleil. Elles découvrent alors que le tombeau est vide.

Chaque dimanche est la célébration de la résurrection du Christ, événement capital sur lequel se fonde la foi des croyants. C'est pourquoi le dimanche est aussi considéré comme le huitième jour d'une création nouvelle inaugurée par la Résurrection. Certains chrétiens, les adventistes du septième jour en particulier, célèbrent le Sabbat (samedi) mémorial de la création divine et jour de culte comme le stipule le Décalogue.

C'est au cours de la journée du dimanche qu'a lieu la principale célébration eucharistique de la semaine dite messe chez les catholiques, cène chez les protestants et liturgie chez les orthodoxes. À la « messe dominicale » chaque catholique doit se rendre. Pour faciliter cette participation, l'Église romaine a obtenu que le dimanche devienne jour de repos obligatoire (à partir des IVe et Ve siècles à Rome, depuis l'empereur Constantin).

Le Sabbat qui était célébré jusqu'à cette époque par tous les chrétiens, a continué d'être observé parallèlement[2]dans de nombreuses communautés hors de Rome où le dimanche, jour du dieu solaire romain Mithra (appelé aussi "Seigneur" par ses adorateurs), fut même imposé par la force en le rendant obligatoire sous l'empereur Théodose (Tout culte non catholique fut interdit). Progressivement, il le devint dans tout l'empire romain ( Voir la partie Histoire ).

Chez les catholiques, le dimanche soir est l'occasion d'une autre célébration, appelée "les vêpres", tombée largement en désuétude mais encore pratiquée dans les abbayes et monastères, et dans certains milieux.

Actuellement, le dimanche étant le jour de repos en Occident, beaucoup le considèrent comme le dernier jour de la semaine

CHRONOLOGIE
301 L’Arménie est le premier pays du monde à adopter le christianisme comme religion d’Etat
303 L’empereur Dioclétien lance une persécution qui vise l’éradication du christianisme
305 Abdication de Dioclétien; nouvelle tétrarchie
306 Constantin devient empereur le premier empereur Romain converti au Christianisme
311 Edit de tolérance de Galère
313 Paix générale de l’Eglise
318 Condamnation d’Arius à Alexandrie
325 Concile de Nicée
330 Fondation de Constantinople
337 Mort de Constantin
380 Le catholicisme est proclamé religion d’Etat
381 Concile de Constantinople
391 Interdiction complète du culte païen
400 Les «Confessions» de saint Augustin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
birou
Nicolas Dieuze
birou

Nombre de messages : 141
Age : 66
Localisation : belgique
Date d'inscription : 13/07/2006

triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie EmptyVen 13 Avr - 21:49

[quote="macagnaman"][quote="ploumploum"][quote="macagnaman"]
ploumploum a écrit:


Donc Dieu s'est reposé le samedi alors ????? (le fameux 7ème jour ) alors pourquoi c'est dimanche qui est férié ?
Comment le dimanche est-il devenu le principal jour de culte pour de nombreuses Églises de la chrétienté?

Bien que le Christ ait été ressuscité le premier jour de la semaine (celui que l’on appelle maintenant dimanche), la Bible ne dit pas que ce jour doit être considéré comme sacré.

“La conservation de l’ancien nom païen ‘dies Solis’ ou ‘Sunday’ [jour du soleil] pour la fête hebdomadaire chrétienne est due en grande partie à l’initiative de Constantin [formulée dans un édit promulgué en 321 de notre ère]. Celui-ci prit en considération l’opinion de tous ses sujets, tant les païens que les [prétendus] chrétiens, et ordonna aux uns comme aux autres d’observer le premier jour de la semaine, le ‘vénérable jour du Soleil’. (...) C’est ainsi qu’il fusionna les différentes religions de l’Empire sous une même institution.” — Lectures on the History of the Eastern Church (New York, 1871) de A. Stanley, p. 291

DE NOMBREUSES personnes professant la religion chrétienne ont appris que Constantin le Grand est un des plus illustres bienfaiteurs du christianisme. Il passe pour avoir délivré les chrétiens des épreuves de la persécution romaine et leur avoir accordé la liberté religieuse. De plus, on est généralement persuadé qu’il fut un fidèle disciple de Jésus Christ, animé d’un puissant désir de favoriser le christianisme. L’Église orthodoxe d’Orient et l’Église copte ont proclamé “ saints ” Constantin et sa mère, Hélène. Leur fête est célébrée le 3 juin ou, selon le calendrier religieux, le 21 mai.

Qui était réellement Constantin le Grand ? Quel rôle a-t-il joué dans le développement du christianisme postapostolique ? Il sera particulièrement instructif de laisser répondre les documents d’époque et les historiens.

La religion dans la stratégie de Constantin


Traitant de l’attitude générale qu’adoptaient les empereurs romains des IIIe et IVe siècles à l’égard de la religion, le livre Istoria tou Ellinikou Ethnous (Histoire de la nation grecque) déclare : “ Même quand les personnages occupant le trône impérial n’étaient pas animés de sentiments religieux aussi profonds, ils s’adaptaient aux tendances du moment et estimaient nécessaire d’accorder à la religion une prééminence s’inscrivant dans leur stratégie politique, afin de donner à tout le moins une odeur de religion à leurs actes. ”

Constantin vivait indéniablement avec son époque. Au début de sa carrière, il avait besoin en quelque sorte d’un ‘ patronage ’ divin, que ne pouvaient lui assurer les dieux romains sur le déclin. L’empire, avec sa religion et ses autres institutions, périclitait, et il fallait quelque chose de neuf et de dynamisant pour le remettre sur pied. On lit dans l’encyclopédie Hidria : “ Constantin était particulièrement intéressé par le christianisme parce qu’il justifiait non seulement sa victoire mais aussi la réorganisation de son empire. Les églises chrétiennes, présentes partout, lui assurèrent un soutien politique. [...] Il s’entoura des prélats de l’époque [...] et leur demanda de préserver leur unité. ”

Constantin avait le sentiment que la religion “ chrétienne ”, bien que déjà apostate et profondément corrompue, était une force qu’il pouvait mettre à profit utilement pour redynamiser et unir ses sujets et ainsi favoriser ses grandes ambitions de domination impériale. Adoptant les fondements du christianisme apostat pour trouver un appui à ses visées politiques personnelles, il décida d’unifier le peuple en une seule religion “ catholique ”, ou universelle. Les coutumes et les célébrations païennes reçurent des noms “ chrétiens ”. Par ailleurs, les membres du clergé “ chrétien ” furent gratifiés du statut, du salaire et des pouvoirs des prêtres païens.

Dans sa recherche d’une harmonie religieuse qui servirait ses fins politiques, Constantin s’empressa de faire taire toute voix dissidente, en prenant pour référence non pas la vérité doctrinale mais la tendance du plus grand nombre. Les profondes divergences dogmatiques qui secouaient une Église “ chrétienne ” foncièrement divisée lui offrirent une occasion d’intervenir comme un médiateur “ envoyé de Dieu ”. Mais en ayant affaire avec les donatistes d’Afrique du Nord et les partisans d’Arius dans l’est de l’empire, il comprit rapidement que la persuasion ne suffirait pas à forger une religion solide et unifiée. Dans une tentative visant à régler la querelle arianiste, il convoqua le premier concile œcuménique de l’histoire de l’Église. — ”.
L’historien Paul Johnson écrit à propos de Constantin : " Une des principales raisons qui le poussèrent à tolérer le christianisme est peut-être le fait que cela lui offrait, ainsi qu’à l’État, une possibilité de contrôler les orientations de l’Église en matière d’orthodoxie et la réaction à l’hétérodoxie."

Constantin n’a jamais renoncé au culte du soleil et a continué de le faire figurer sur ses monnaies ”, relève Paul Johnson. La Catholic Encyclopedia fait cette observation : “ Constantin traitait à égalité les deux religions. En sa qualité de pontifex maximus, il avait la mainmise sur le culte païen, dont il protégeait les droits. ” “ Constantin ne devint jamais chrétien, affirme pour sa part l’encyclopédie Hidria. Eusèbe de Césarée, qui écrivit sa biographie, dit qu’il devint chrétien dans les derniers instants de sa vie. Mais ce geste n’a rien de significatif, puisque la veille [Constantin] avait fait un sacrifice à Zeus pour la raison qu’il portait aussi le titre de Pontifex Maximus. ”

Selon l’Encyclopœdia Britannica, “ Constantin eut l’honneur d’être appelé Grand en raison de ce qu’il a réalisé plutôt qu’en raison de ce qu’il était. Si on voulait le juger d’après sa personnalité, il serait effectivement rangé parmi les plus médiocres personnages de l’histoire antique ou moderne que l’on ait gratifiés de l’épithète [Grand] ”. Le livre Histoire du christianisme explique : “ On a très tôt fait état de son tempérament violent et de sa cruauté lorsqu’il était en colère. [...] Il n’avait aucun respect pour la vie humaine [...]. En vieillissant, il adopta dans sa vie privée une conduite scandaleuse. ”

Constantin avait manifestement de graves problèmes de personnalité. Un historien affirme que “ son caractère impétueux l’a souvent poussé à commettre des crimes ”.Constantin n’avait pas une “ personnalité chrétienne ”, soutient l’historien Herbert Fisher dans son Histoire de l’Europe (angl.)

Les conséquences de ses manœuvres
À titre de Pontifex Maximus, et donc de chef de la religion de l’Empire romain, Constantin essaya de gagner les faveurs des évêques de l’Église apostate. Il leur offrit des positions influentes, honorifiques et lucratives d’officiers de la religion d’État romaine. La Catholic Encyclopedia le reconnaît : “ Certains évêques, aveuglés par les splendeurs de la cour, finirent par acclamer en l’empereur un ange de Dieu, un être sacré, et prophétisèrent qu’il régnerait au ciel comme le Fils de Dieu. 

Un christianisme apostat s’attira ainsi les bonnes grâces du gouvernement politique, et s’intégra de plus en plus dans le monde, dans le système séculier, tout en s’éloignant des enseignements de Jésus Christ
En conséquence, il se produisit une fusion du “ christianisme ” avec de fausses doctrines et des pratiques qui lui étaient étrangères : la Trinité, l’immortalité de l’âme, l’enfer de feu, le purgatoire, les prières pour les morts, l’emploi du chapelet, les icônes, les statues, et ainsi de suite. —

L’Église hérita aussi de Constantin la tendance à l’autoritarisme. On lit sous la plume des biblistes Henderson et Buck : “ La simplicité de l’Évangile était corrompue, des rites et des cérémonies pompeuses faisaient leur apparition, les honneurs et les gratifications pécuniaires de ce monde étaient accordés aux enseignants du christianisme, et le Royaume du Christ était pour l’essentiel converti en un royaume de ce monde. ”
“ MEURTRES DANS LA DYNASTIE ”

Sous ce titre, l’ouvrage Istoria tou Ellinikou Ethnous décrit ce qu’il appelle “ les abominables crimes familiaux que commit Constantin ”. Peu après avoir fondé sa dynastie, il ne sut même pas savourer cette réussite inattendue, mais se mit à soupçonner le danger tout autour de lui. Suspicieux de nature et peut-être influencé par des délateurs il commença par se méfier de son neveu Licinianus, le fils d’un autre Auguste qu’il avait déjà fait mettre à mort, voyant en lui un possible rival. Après l’avoir fait tuer, il fit exécuter son propre premier-né, Crispus, que sa belle-mère Fausta considérait comme un obstacle à la domination sans partage de sa propre progéniture.

Cette intervention de Fausta lui valut finalement de disparaître elle-même dans des conditions dramatiques. Il semble que l’Augusta Hélène, qui exerça jusqu’au bout une emprise sur son fils Constantin, ne fut pas étrangère à ce meurtre. Les sentiments irrationnels qui animèrent souvent Constantin contribuèrent aussi aux exécutions en série par lesquelles il élimina bon nombre de ses amis et de ses collaborateurs. Le livre Histoire du Moyen Âge (angl.) tire cette conclusion : “ L’exécution, pour ne pas dire le meurtre, de son propre fils et de sa femme indique qu’il était resté strictement imperméable à toute influence spirituelle du christianisme.


Voilà le personnage qui fut le fondateur du"Jour du Seigneur".
@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




triskaidecaphobie Empty
MessageSujet: Re: triskaidecaphobie   triskaidecaphobie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
triskaidecaphobie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Macagna et questions diverses-
Sauter vers: