Chjachjaratoghju di Bastia


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 FFF Fédération du Foot et du Fric

Aller en bas 
AuteurMessage
Antone
Administrateur
Administrateur
Antone

Nombre de messages : 21049
Age : 62
Date d'inscription : 02/09/2004

FFF Fédération du Foot et du Fric Empty
MessageSujet: FFF Fédération du Foot et du Fric   FFF Fédération du Foot et du Fric EmptyMer 21 Fév - 15:25

FFF Fédération du Foot et du Fric Main_logo_329x101 a écrit

et un...
Citation :
Dérives au RC de Strasbourg
Deux ex-dirigeants sont en examen pour abus de biens sociaux.
Par Renaud LECADRE
QUOTIDIEN : mercredi 21 février 2007
0 réaction
Moins médiatique que les affaires du PSG et de l'OM, celle du Racing Club de Strasbourg (RCS) recèle tous les ingrédients du foot business et de ses dérives par le biais d'agents de joueurs. L'enquête vise l'ère IMG Mac Cormack, groupe de marketing sportif, propriétaire du club de 1997 à 2003. Patrick Proisy, ancien président, et Claude Le Roy, ancien manager, ont été mis en examen pour abus de biens sociaux en septembre dernier.
Faux. Le gros morceau concerne le transfert, l'été 2001, de Guy (dit Peguy) Luyindula de Strasbourg à Lyon, pour 8,8 millions d'euros. Une filiale britannique d'IMG encaisse à l'occasion une commission de 442 000 euros. Curieux mélange des genres : IMG, actionnaire du RCS, se verse les fonds à lui-même. L'argent permettra d'augmenter sa part au capital du club (après le rachat de 49 % à la mairie de Strasbourg). IMG n'a pas le statut d'agent de joueurs (même si deux de ses salariés ont la licence). Cela n'empêchera pas la signature d'une convention que «l'on peut qualifier de fictive», estiment les enquêteurs : le RCS mandate IMG UK Inc en vue de transférer Luyindula «vers notamment des clubs de football anglais évoluant en Premier League ». Parallèlement, le RCS avait signé une tout autre convention avec un agent suisse, en vue de «négocier en son nom le transfert de M. Luyindula au profit de l'OL». Des responsables juridiques de la Ligue et de la Fédération ont affirmé n'avoir reçu aucune de ces deux conventions, alors que la réglementation l'imposait. Selon l'Equipe magazine , Patrick Proisy a admis en garde à vue que la convention RCS-IMG est un faux, simplement destiné à amputer la part revenant à Niort, club formateur de Luyindula, qui pouvait prétendre à 10 % de sa plus-value à la revente.
Dans les méandres du RCS, on retrouve une vieille connaissance, Gilbert Sau, déjà condamné dans l'affaire de l'OM. En juillet 1999, la signature à Strasbourg de l'ancien Bastiais Pascal Camadini réussit la performance d'être quadruplement hors des clous : premièrement, une commission de transfert est versée alors qu'il n'y a pas transfert, Camadini étant en fin de contrat, libre de droits ; deuxièmement, la somme perçue par Gilbert Sau (5 millions de francs) dépasse le plafond légal ; troisièmement, dans le document transmis à la Ligue, «il est impossible de dire qui l'a mandaté», avoue le service juridique ; quatrièmement, comme l'a finalement constaté Camadini à ses dépens, «Gilbert Sau se retrouve par la force mandaté deux fois dans la transaction, par moi et par le RCS».
Redressement fiscal. L'enquête vise enfin des «versements injustifiés à une officine suisse», Team Consult, animée par l'agent Nicolas Geiger. Il a été bien servi sous l'ère IMG, via le recrutement de joueurs africains, réalisant l'exploit d'encaisser des commissions pour la signature de joueurs amateurs ou d'être rémunéré un an avant la signature d'un contrat. Dans le cadre d'un redressement fiscal (1,7 million d'euros sur trois ans), les anciens dirigeants du RCS ont affirmé que tous ces fonds ont été versés «dans l'intérêt du club». A défaut de plus sombres desseins, le grand n'importe quoi est donc érigé en mode de gestion.

et 2...
Citation :
Foot. Un rapport évoque affairisme, corruption et blanchiment d'argent.
L'Assemblée nationale inflige un camouflet à la Ligue
Par Renaud LECADRE
QUOTIDIEN : mercredi 21 février 2007
0 réaction
Défaite en rase campagne pour Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel (LFP). Dans son rapport remis hier, la mission d'information parlementaire sur «le transfert des joueurs et le rôle des agents sportifs» a retoqué les principaux desiderata du lobbyiste en chef du foot business : paiement des agents par les clubs et centralisation des fonds par la Ligue. Thiriez avait boycotté la dernière table ronde organisée à l'Assemblée, la précédente ayant été, selon lui, «plus le lieu d'un combat que d'un débat, l'agressivité et la mauvaise foi prenant trop souvent le pas sur la discussion de fond».
Soupçon. Présidée par le député UMP de Saône-et-Loire Dominique Juillot, épaulé par Henri Nayrou (PS, Ariège), la mission n'a pu que constater l'étendue des dégâts, une invraisemblable succession d'affaires «laissant entrevoir que le football peut être synonyme d'affairisme, de corruption, d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent», où la «fascination des résultats sportifs l'emporte encore sur l'orthodoxie financière». Constituée à l'initiative du groupe socialiste, la mission enterre pour un temps la proposition de loi déposée par le député UMP Edouard Landrain, visant à légaliser ce qui est parfaitement illégal : le paiement par les clubs de la commission de l'agent du joueur. Sepp Blatter, président de la Fifa, a toujours fait mine de se poser la question : pourquoi diable les clubs insistent-ils pour payer ce qu'ils n'ont pas à payer ? Parce que c'est un complément de rémunération des joueurs, net de charges et d'impôts. «A titre personnel», Dominique Juillot s'y dit pourtant favorable, mais y renonce finalement, pour éviter de provoquer une bronca de ses homologues socialistes, car les sommes extravagantes encaissées par les agents (30 millions d'euros en 2004 pour la Ligue 1), sans commune mesure avec le travail réellement accompli, laissent planer un gros soupçon de rétrocommissions.
Camouflet. Les députés proposent d'obliger chaque joueur à déclarer le nom de son agent en début de saison, avec interdiction d'en prendre un autre pendant six mois pour «éviter les changements intempestifs, sources de dérives». Surtout, ils envisagent de centraliser les flux financiers au sein de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), qui dépend de la Fédération française de football. Autre camouflet pour Frédéric Thiriez, qui souhaitait une centralisation par la LFP. Soucieux de «faire confiance aux autorités du football», Dominique Juillot prévient tout de même que la DNCG devra faire la preuve de son «indépendance», loin d'être acquise aujourd'hui à ses yeux. Pour Henri Nayrou, il s'agit de mettre peut à peu en place l'équivalent des agences antidopage, une DNCG réformée devant faire école à l'échelle internationale.
En fin de législature, Juillot espère que ces propositions, de simple niveau réglementaire, pourront être «expérimentées» dès la saison prochaine. Le groupe PS y voit une «première étape afin que soient respectées l'éthique et la morale».

_________________
FFF Fédération du Foot et du Fric Antisa10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/azinzala/
 
FFF Fédération du Foot et du Fric
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question sur jante big foot full size avant du type Cadkat
» roue big foot
» Recherche buggy big foot light ou full
» Importation, coopération et groupement d'achat
» CDF, 7e tour, Royan - Clermont Foot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chjachjaratoghju di Bastia :: Macagna, pallo e lingua corsa!! :: Qui si parla di pallo-
Sauter vers: